Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

AFFAIRES

Littéralement, les affaires sont ce qu’on a « à faire ». On peut prendre ce sens « positivement», les affaires étant considérées comme une occupation choisie par intérêt, une action avantageuse. On peut aussi le prendre « négativement », les affaires représentant une action nécessaire pour éviter une catastrophe ou réparer des dégâts. C’est le cas des affaires judiciaires. L’anglais distingue business (l’occupation économique) de affair (ce qui concerne) ou même belongings (les objets qu’on possède) .
Ce qui est aujourd’hui remarquable, c’est que le mot affaire désigne une occupation, mais sans en préciser le but. Ainsi, aujourd’hui, quelqu’un peut vous dire que son métier, c’est d’être dans les affaires, de faire des affaires, d’être un homme d’affaires (un businessman) , en bref, de gagner de l’argent sous un prétexte indéterminé. Malgré cette imprécision, l’homme d’affaires jouit d’une certaine considération, admiré pour son pouvoir, son intelligence dans les transactions et surtout pour sa richesse réelle ou potentielle. A l’inverse, la hiérarchie sociale moderne tient souvent en faible considération ceux qui fabriquent réellement la richesse, paysans, ouvriers ou gens de métier, habiles de leurs mains, créatifs, connaisseurs des matériaux, des outils, et des savoir-faire. On voit par là comment notre civilisation met l’argent au premier rang dans l’échelle des valeurs. L’emploi indéterminé du mot affaires entre en résonance avec la supposée universalité de la valeur argent. Dans nos sociétés, ceux qui ont une valeur personnelle artisanale, artistique ou intellectuelle gagneront d’autant plus de considération qu’ils auront pu la faire fructifier financièrement. On finit par admirer les sportifs ou les artistes bien plus pour ce qu’ils gagnent que pour ce qu’ils font.
L’homo oeconomicus qui fait des affaires est une invention relativement récente. Si les échanges ne sont pas nouveaux, ils ne prenaient pas autrefois la forme monétarisée du commerce aujourd’hui omniprésent. Dans les sociétés des origines, on ne faisait pas d’affaires pour les affaires, les échanges et les négociations ayant des buts clairement déterminés dans la sphère matérielle, sociale ou symbolique. Malgré certaines tentatives d’interprétation en termes de coûts - bénéfices qui révèlent bien l’état d’esprit de ceux qui les font, la Nature ou les sociétés animales ignorent les affaires. La fourmi ou l’écureuil, pourtant affairés à la récolte de provisions, ne font pas d’affaires.
Bien sûr, on nous explique que cette évolution vers le commerce est un progrès essentiel de l’humanité, qu’elle répand la paix, contribue à diffuser la prospérité matérielle et que les méthodes d’évaluation qu’on y a développées permettent de mieux arbitrer dans les choix de société et même de penser la justice. Il y a même un courant de pensée utilitariste qui prétend ainsi analyser les comportements et l’organisation sociale à l’aune des critères affairistes. Soulignons à quel point cette tentative de généralisation de la pensée économiste relève surtout du besoin d’autojustification d’un système qui en a bien besoin.
Car aujourd’hui, l’importance absurde prise par l’autoreproduction de l’argent et le pouvoir démesuré de ceux qui y sont affairés montre que la civilisation a  dévié de son but réel. En postulant que la survie et le bonheur ne sont possibles que par le brassage accéléré de la richesse monétaire, on en vient à activer une machine qui ne sait plus vraiment ce qu’elle cherche. Notre civilisation veut faire des affaires, sans s’interroger sur ce qu’elle a à faire. Plus précisément, l’utilité sociale et humaine de la finance et des affaires n’est même plus questionnée, sauf par quelques penseurs hétérodoxes, alors même que les crises locales ou mondiales mettent au jour les méfaits croissants d’une guerre économique à laquelle il devient impossible d’échapper. Certes, les économistes semblent croire (et nous expliquent) que cette richesse accumulée finira « tôt ou tard » par retomber en pluie (trickle down) sous forme de bonheur plus ou moins généralisé. Mais quand on voit quelle proportion de l’économie est représentée par le commerce des armes, par les avocats d’affaires, ou même par les marchés publicitaires qui devraient en bonne logique n’être qu’un catalyseur (c’est à dire à faible dose), on est en droit de douter face à cet optimisme qui rassure si bien les faiseurs d’affaires.
Ce qui aggrave le problème est que toute cette suractivité financière, celle précisément des affaires, engendre en fait une surconsommation des ressources terrestres, que ce soit pour produire cette richesse, ou que ce soit pour ensuite la dépenser, et que la course accélérée à l’argent qui occupe les hommes va à l’encontre de la modération nécessaire pour un équilibre durable. Jusqu’à présent, l’idée d’une économie dématérialisée et à faible impact écologique n’est au mieux qu’un espoir un peu chimérique qu’on invoque pour ne pas avoir à remettre en cause le modèle en cours.
L’histoire montre à quel point l’appât du gain a été moteur dans la mondialisation et dans l’inclusion de l’humanité entière dans cette logique d’affaires. Elle montre comment s’est instaurée la puissance acquise par les marchands, puis les businessmen et les financiers, et le rapprochement de plus en plus constant entre les logiques commerçantes et les logiques politiques. Elle montre parallèlement l’épuisement des ressources par la dépense croissante d’énergie et de matériaux, dont on ne peut plus penser aujourd’hui qu’elle soit assimilable au progrès.
Pour en revenir au point de départ, il faut souhaiter que la grande affaire du prochain siècle consiste à trouver une synthèse durable entre progrès humain et équilibre planétaire.































Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
hong_kong

Mots associés

Economie
Marché, marchandise
Intérêt   Notation
Valeur
Décomplexé
Récupération

vers liste alphabétique 
Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site