Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Analogie, Vulgarisation


Fondement du raisonnement par analogie : la ressemblance.

La pensée par analogie repose sur l’observation des ressemblances, c’est à dire sur la mise en correspondance des représentations qui est un processus fondamental de l’activité cérébrale. Notre langue, qui nous sert à penser et à communiquer est nourrie d'analogies. Lorsqu’on pousse l'analogie à l’extrême, on débouche sur le raisonnement mathématique qui comme le disait Poincaré est l’art de donner le même nom à des choses différentes. La notion de nombre provient de la mise en correspondance les éléments de deux ensembles, la géométrie est issue du classement des formes dans l’espace, l’analyse fonctionnelle résume l’observation et la mesure de toutes sortes de phénomènes évolutifs. Mais les analogies nourrissent aussi la poésie ou la philosophie, ainsi que les fables et les proverbes où s’exprime la sagesse des cultures.
De façon plus ou moins implicite, l’analogie est une induction, c’est à dire l’extension à un ensemble plus vaste de phénomènes particuliers. Elle postule sans le dire que les ressemblances auxquelles elle s’intéresse ont une logique qui autorise une certaine généralisation. Sans avoir la force logique de la déduction, ni sa rigueur et sa capacité prédictive, l’analogie est d’un usage plus aisé, et un outil permanent pour l’esprit humain pour construire ce qu’il considère (en attendant un démenti plus fort) comme une ébauche de vérité.
Pour la compréhension de phénomènes complexes, l’analogie est parfois bien utile, permettant d’éclairer la complexité d’un objet mal connu par celle d’un autre, mieux compris et de complexité comparable. Sans trahir la réalité par trop de simplification, et à condition d’éviter une interprétation trop à la lettre du modèle, on peut s’autoriser à dégager quelques logiques ou mettre en évidence des modalités de fonctionnement.
Les conclusions qu’on tire de l’analogie sont plus rapides, parfois très parlantes et donc très convaincantes, mais ne sont pas exemptes de failles. Cette faiblesse tient à la nature des ressemblances qui justifient l’analogie. Certaines d’entre elles sont profondes, et autorisent donc des parallèles bien construits (qui ont pu parfois conduire à de grandes avancées scientifiques), d’autres sont plus superficielles, et risquent d’induire en erreur. Comparer le requin et le dauphin sur leur aisance à se mouvoir dans l’eau est judicieux, mais après, il faudra tenir compte pour d’autres fonctions organiques de leur place relativement éloignée dans l’arbre du vivant, autrement dit du fait que le requin est un poisson alors que le dauphin est un mammifère.
Malgré ces réserves, et à cause de sa force communicative, ce mode de pensée est omniprésent. La question de son bon usage est donc importante, en particulier lorsqu’il s’agit de transmettre au citoyen ordinaire une compréhension élaborée par les spécialistes.

La vulgarisation, un lien entre le spécialiste et le citoyen

La progression des connaissances est allée de pair avec son fractionnement en de nombreuses spécialités, devenues chacune de moins en moins accessible à l’homme ordinaire. Fascinée par les acquis théoriques et surtout pratiques mais de moins en moins capable de vérifier la justesse de leur jugements, la société est alors amenée à se fier de plus en plus aux spécialistes et aux experts. Or ces spécialistes, enfermés dans de petits cénacles, peuvent aussi perdre le contact avec les choses du quotidien ou même juger en fonction d’intérêts corporatistes. Il en résulte qu’aujourd’hui la compétence pointue n’est plus une garantie de bonne appréciation des enjeux ou de décision sage. Dans une époque qui s’interroge de plus en plus sur l’évolution scientifique et technique, un des enjeux principaux de la vulgarisation est de permettre une certaine redistribution du pouvoir de décision acquis par les experts. Les progrès de la science et de la technique relèvent certes avant tout de la compétence de ceux qui en sont acteurs, mais certains choix qui engagent toute la société ne peuvent se faire qu’à l’issue d’un dialogue éclairé entre les différents niveaux de connaissance ce qui suppose de partager une compréhension minimale. La vulgarisation qui au XVIIIe siècle appartenait aux plaisirs mondains est ensuite devenue au XIXe siècle une question d’éducation et d’économie. Aujourd’hui, elle est aussi un enjeu démocratique fondamental et il est essentiel que la connaissance patiemment élaborée par les spécialistes puisse diffuser plus largement dans la société.
Les scientifiques ne portent pas tous le même regard sur la vulgarisation. Certains professent à son égard un mépris évident, renforcé par les connotations du mot lui-même. A leurs yeux, une schématisation excessive déforme ou dénature ces savoirs qu’ils ont laborieusement constitués et repoussant la facilité ou le sensationnalisme, ils préfèrent rester dans l’entre soi des initiés. D’autres à l’inverse, sont fervents de vulgarisation qu’ils soient mus par la volonté sincère de partager le savoir et la responsabilité ou qu’ils soient en quête d’une notoriété médiatique gratifiante pour leur personne et favorable dans la course aux financements. On mettra dans une catégorie à part la vulgarisation à but franchement mercantile, comme ces conseils diététiques qui garnissent les emballages alimentaires et qui cherchent à conquérir le consommateur en lui assénant des « vérités » teintées de jargon scientifique.
Il ne faut donc pas s’étonner de ce que dans ce vaste champ du savoir vulgarisé, qui est d’une certaine façon la vitrine publique de la science, le meilleur côtoie le pire.
Si utile et nécessaire que soit la vulgarisation, il faut faire le tri. Il faut apprendre à écarter les présentations trop déformantes, voire falsificatrices et extraire de cette masse d’informations ce qui donne réellement accès à ces connaissances difficiles.
Les motivations du vulgarisateur peuvent être honnêtes ou biaisées, notamment par des liens soupçonnés ou connus avec des groupes d’intérêt, car le monde des sciences n’y échappe pas, tant la pénurie d’argent y est chronique et tant les relations avec le monde de la technique, des industries et de l’économie y sont nombreuses. Les grands scandales sanitaires, ou les accidents industriels ont souvent parmi leurs causes l’aveuglement des décisionnaires ou du public face à des conflits d’intérêts qui auraient dû disqualifier de nombreux experts.
Par ailleurs il faut aussi veiller à ce que les procédés didactiques auxquels on a recours pour donner accès à des connaissances complexes restent légitimes et exempts de manipulation. Garder la notion des ordres de grandeur, des échelles, des degrés de complexité, rester lucide sur les raccourcis de langage commodes mais trompeurs, détecter une extrapolation abusive. Cela n’est pas toujours facile, surtout pour le néophyte soudainement illuminé par la clarté d’une présentation enfin compréhensible.

Limites dans l’emploi et l’interprétation des explications « pour tous »

Même si on met de côté les manipulations mal intentionnées qui relèvent du commerce, de la propagande ou de la morale, les procédés intellectuels de la vulgarisation recèlent donc des pièges et ils supposent des précautions d’emploi.
La difficulté principale de la vulgarisation est de trouver une bonne manière de simplifier ou de rendre accessible. En mettant grâce à diverses analogies l’objet complexe qu’il cherche à éclairer en regard avec un objet plus familier à son auditeur, le vulgarisateur suscite une compréhension qu’il espère rapide et efficace, mais qui restera approximative et pourra même parfois être franchement fallacieuse. Pour s’épargner la rigueur d’une description minutieuse et logique selon les canons de la science, on gagne du temps en faisant appel à des représentations déjà connues ; mais l’analogie transforme aussi le vocabulaire, et dénature les notions en déplaçant les mots d’un domaine à un autre. Elle peut donc prêter à confusion, à des erreurs d’appréciation, à des simplifications. Elle est même souvent un outil volontaire ou fortuit de manipulation.
Quand on nous dit que corps social « est malade », que la planète « a la fièvre », que nous sommes endettés « parce que nous avons vécu au dessus de nos moyens », que hier « nous » avons « conquis » la Lune, que « demain » l’homme sera sur Mars et « après demain » dans une de ces exo-planètes qu’on découvre en grand nombre, il ne faut pas donner à ces images une valeur trop littérale. La responsabilité des questions environnementales et planétaires est partagée de façon éminemment complexe, et l’extrapolation simpliste de la supposée marche du progrès est pour le moins sujette à caution.
On entend couramment des économistes qui pour nous expliquer des phénomènes de spéculation boursière ou de finances nationales nous racontent des histoires de boulangères ou de budget familial. Le discours des technocrates met souvent en correspondance les stratégies des décideurs et le comportement « du » consommateur. Dans ces présentations, on oublie les différences d’échelle, l’impossibilité conceptuelle d’assimiler comportement individuel et phénomène collectif, et on introduit subrepticement des préceptes moraux dans des domaines qui n’en relèvent pas nécessairement.
Les raccourcis de temps pour décrire la longue histoire de l’Univers, les sophismes à propos du chat de Schrödinger, Einstein proclamant que "Dieu ne joue pas aux dés", les descriptions abusivement mécanistes ou finalistes de phénomènes biologiques (comme par exemple le « struggle for life » improprement attribuée à Darwin ou la théorie du « gène égoïste » proposée par Dawkins), les publications sensationnalistes sur les « causes » de tel ou tel maladie individuelle ou sociale construites sur une interprétation simpliste de corrélations statistiques sont parlantes, mais induisent aussi du simplisme, des confusions et de la désorientation. Les formules parlantes peuvent marquer les esprits, mais elles peuvent aussi trahir leur objet, et même leur auteur.
L’interprétation des corrélations statistiques est plus complexe que la présentation qui en est souvent faite. Dans certains cas, les relations de cause à effet sont réelles, dans d’autres cas, ce ne sont que des apparences, ou le mécanisme causal est d’une tout autre nature que celui qui est suggéré. Les polémiques sur les arbitrages économiques, les problèmes de santé ou sur la nocivité de tel ou tel facteur environnemental montrent souvent comment les arguments peuvent être tournés de façon partisane par les groupes d’influence qui s’opposent.
La vulgarisation des questions environnementales et planétaires, au premier rang desquelles celle de l’effet de serre et du changement climatique se heurte à ces difficultés. Trop simplifiée, elle peut susciter la peur irraisonnée tout autant que l’incrédulité irresponsable, trop détaillée, elle ne permet pas de faire émerger les certitudes parmi les doutes, ni de dégager les priorités d’action. La crise planétaire environnementale de l’anthropocène est mal décrite par le terme de catastrophe, même si elle est très rapide à l’échelle des temps géologiques, mais compte tenu de l’inertie des changements de civilisation qu’elle met en jeu, il n’est pas entièrement faux de chercher à alarmer en disant que « nous allons dans le mur ».
Cependant, si imparfaite et si risquée que soit l’analogie, elle est bien souvent un moyen irremplaçable de faire partager au plus grand nombre la compréhension du monde élaborée par les spécialistes. Marchepied nécessaire vers les choses complexes, l’analogie bien choisie permet aussi des résumés imagés et frappants. Il faut savoir s’en servir pour étendre son savoir et sa vision des choses, pour faire comprendre sans manipuler les esprits des notions difficiles d’accès, et rester prudent sur son usage en gardant la conscience des limites qu’impose le décalage, au delà des ressemblances, entre l’objet d’étude et son analogue.


Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
carottes

Mots associés

Logique    Science
Complexité
Démocratisation
Usine à gaz   Surimi
Slip-stick   Mayonnaise
Banc de poissons
Drogue    Jardin




vers liste alphabétique 

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui   
Rationalité, Logique    Science Complexité   Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie    Extraterrestres    Développement   
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération    Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes  Oxymores    
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin     Produit  
Usine à gaz    Déchets  
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle


























arbre_mort
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
anciens billets
ancien site