Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens

#barre

LE BIEN, LE MAL, LA MORALE


Autrefois, la question du bien et du mal, ou celle du bien agir, c’est à dire la question de la morale, se posaient en termes relativement simples. Les philosophes les plus reconnus pouvaient y réfléchir, proposer leur vision morale, et même si les points de vue prêtaient à discussion, la nécessité de définir un bien et d’énoncer une morale ne suscitaient pas de doute. Les philosophes des Lumières, comme ceux du XIXe siècle le montrent abondamment. A ces époques, il était évident que la morale devait dicter à chacun un idéal de conduite et inspirer l’organisation des sociétés. On pourrait s’attendre à ce que cette idée plutôt simple (quoique complexe à mettre en pratique) soit encore aujourd’hui au cœur des réflexions de la philosophie, et plus généralement de la société.

Et pourtant, aujourd'hui il faut admettre que la morale n'a pas bonne presse. Celui qui prétend invoquer le bien et la morale est vite vu comme un penseur simpliste, et renvoyé au relativisme ambiant. Il se voit souvent dénigré, traité de moraliste, de moralisateur ou même pire de "bisounours" quand ce n'est pas d’ayatollah. On entend en permanence les personnages publics interrogés dans les médias proclamer "qu'ils n'ont pas de leçons de morale à recevoir" (de leurs adversaires, de ceux qui les questionnent, etc...). Ce qui par essence aurait dû être positif a pris une connotation négative : le moralisme, la "moraline" que dénonçait Nietsche, le politiquement correct, le consensus mou, les bons sentiments, la bien-pensance, sont des termes couramment employés pour disqualifier toute recherche du bien, autre que purement personnelle et privée.

Ce singulier retournement de valeurs a des causes multiples :
  • l'ébranlement des certitudes après les horreurs des guerres de religion, des épisodes nationalistes ou des utopies totalitaires,
  • la description par la science d’un monde matérialiste sans valeurs humaines explicites,
  • le repli sur le jugement individuel après le recul de la religion et la valorisation de la personne libre,
  • l'instauration de démocraties, dont les défauts résulteraient des individus plutôt que de l’organisation,
  • le relativisme culturel  qui s'est instauré suite à la la confrontation des systèmes de valeurs émanant des multiples cultures mises en concurrence par la mondialisation
  • le brouillage des hiérarchies entretenu par l’inflation émotionnelle dans les médias,
  • dans ce contexte de valeurs en crise, l'instauration d’une pseudo morale fondée sur la vision économique et commerçante.
Cette régression des valeurs collectives n’en est pas moins en contradiction avec nombre de discours et d’injonctions appelant à la responsabilité individuelle pour échapper aux divers méfaits collectifs de notre époque: exploitation des inégalités Nord-Sud, crise environnementale, dérives de la permissivité culturelle.  Du reste, le retour de l'éthique affichée partout montre bien que le besoin de repères pour s'orienter dans notre monde complexe est loin d'être assouvi. L'éthique se distingue peu de la morale du point de vue pratique, elle prétend seulement être mieux fondée, puisqu'elle invoque la raison plutôt que la croyance ou la coutume. Cette distinction est bien commode dans un débat pour disqualifier comme moralisateur l'adversaire qui s'appuie sur ses valeurs, et lui opposer avec une pointe de pédantisme une "éthique" en principe "mieux raisonnée" et "plus universelle".

Notre époque est donc manifestement dans un certain égarement moral, ou si l'on préfère éthique. Le microcosme politique qui n'est pas avare d'entorses à la morale affiche sa volonté de "moraliser le capitalisme", les banques qui n'ont aucune honte à dénigrer les "bisounours" lorsqu'on les met face aux malheurs que leurs choix ont pu provoquer nous proposent des "placements éthiques", et les mêmes éditorialistes peuvent exiger des politiciens un comportement moral tout en refusant énergiquement le moralisme qui briderait leur liberté. Les polémiques récurrentes sur l'évolution des moeurs et les "sujets de société",  sur la transgression artistique ou sur la morale à l'école illustrent tout cela.
La morale est fondée sur des valeurs, et parmi elles, le philosophe Ruwen Ogien distingue celles qui se rattachent au bien (formes du bonheur, valeur de l'individu, ...) de celles qui relèvent du juste (respect, équité, ...). Le bien est une question individuelle, et donne lieu (surtout aujourd'hui) à de fortes variations, alors que le juste qui concerne notre rapport aux autres suppose un certain accord entre les citoyens. Le moralisme est pour Ruwen Ogien un abus qui consiste à vouloir imposer au niveau collectif une forme unique de bien. Ainsi énoncé, le passage entre le bon et le mauvais usage de la morale peut sembler suffisamment délimité, mais le mode de vie contemporain a rendu complexe cette distinction car nous sommes aujourd'hui confrontés à la complexité des chaînes causales qui peuvent donner à nos choix privés une dimension collective. Ce phénomène est un corollaire de l'efficience que les sociétés modernes ont conquise avec la division du travail, la puissance technique, les connexions internationales et la complexité des circuits de décision.

Le fait qu'une morale soit fondée sur des croyances, des superstitions ou des coutumes peut la rendre fragile face au raisonnement critique, mais cela n'invalide pas forcément son contenu. Toutes les morales préconisent des formes d'amour, de charité, de respect, d'honneur, de justice. Il y a cependant de fortes variations culturelles, et aussi la difficulté pour les morales traditionnelles de s'adapter à l'évolution (aujourd'hui rapide) des civilisations. Mais beaucoup de convergences subsistent qui peuvent nous laisser penser que le passage de la morale à l'éthique relève parfois de la justification a posteriori. En d'autres termes, on pourrait presque se demander s'il ne serait pas plus judicieux parfois de rechercher une morale universelle dans la convergence des morales bien établies que dans les méandres du raisonnement éthique.

Les morales qui avaient cours autrefois étaient plus ou moins bien ancrées dans la culture des sociétés, à la stabilité desquelles elles avaient grandement contribué. Pour Axel Kahn, la morale est un produit de l'évolution des sociétés humaines, la complexité du comportement individuel risquant de mettre en danger le groupe et rendant nécessaire une régulation. Il suppose ainsi que seules les sociétés capables de contrôler leurs individus par une morale propageant certaines valeurs essentielles ont réussi à se perpétuer. L’observation des sociétés de primates ou de groupes d’animaux au comportement individuel complexe montre l’existence de règles sociales assimilables à des éléments de morale. Dans son essai "Comment nous sommes devenus moraux", Nicolas Baumard développe cette vision et montre que cette morale "naturelle" qui serait à la base des sociétés humaines ne serait ni utilitariste (à base d'égoïsme), ni altruiste (sacrificielle), mais plutôt mutualiste. L'émergence de la morale résulterait de la sélection progressive de bons comportements de partenariat lors des actions collectives. La morale des origines serait donc contractuelle, mais de façon implicite, car développée par les comportements éducatifs combinés à une sélection favorisant certaines prédispositions psychologiques.

Au sujet des morales humaines, je ne reviendrai pas sur leurs qualités réelles, ni sur la pertinence de leurs fondements, ni sur les facteurs multiples de leur régression, même si ces questions ont notamment à voir avec les replis fondamentalistes qui agitent notre époque. Je pense cependant que la dilution contemporaine de la morale dans la permissivité et même le cynisme commerçants participent grandement à l’irresponsabilité de fait des hommes envers leur planète et envers les générations futures.

En effet, plusieurs penseurs (parmi lesquels notamment Jean Claude Michéa ou Patrick Viveret) montrent que la pensée libérale née au XVIIIe siècle en Angleterre, qui préfère que l'harmonie sociale tienne à l'équilibre des égoïsmes plutôt qu'à des valeurs partagées, se fonde sur un pessimisme qui se veut pragmatique. Ce scepticisme radical quant aux valeurs morales trouve ses origines dans les malheurs engendrés par les guerres de religion. Pour les penseurs libéraux de cette époque, la morale doit rester dans la sphère privée, et les conflits dans la société doivent être arbitrés par le droit sans confusion avec la morale (même si droit et morale visent tous deux à l'harmonie sociale). André Comte-Sponville distingue le droit par lequel la société définit ce qui est légal, de la morale qui fixe la conduite de l'individu en fonction de ses valeurs. Il est souhaitable que règles de droit et règles morales soient aussi proches que possible, mais cette quête se révèle souvent chimérique car droit et morale ne relèvent précisément pas du même ordre. C'est justement pour sortir des excès issus des confusions entre règles sociales de droit et morale religieuse que les libéraux ont voulu un droit réduit au minimum, avec pour corollaire que l'esprit commerçant a vite saisi cette opportunité pour se dispenser de toute morale. Il s'est même trouvé d'éminents théoriciens pour expliquer que le bien commun serait mieux garanti si on s'abstenait de réprimer l'égoïsme.

L'assimilation par une certaine pensée économique (et hélas politique) de l'affairisme au bien collectif s'appuie ainsi sur le large discrédit de toute morale, autre que privée. Les valeurs humaines naturelles ou terrestres sont ainsi victimes d'un traitement à géométrie variable qui va du simple mépris à la récupération la plus éhontée, tout cela au service d'une mondialisation marchande et financière qui refuse les limites et surexploite les hommes comme la géographie.

Face au danger qui menace tout autant la Nature que la civilisation, il est donc nécessaire, d’une manière ou d’une autre, de reprendre le fil de cette réflexion et de se poser la question d’une morale (au sens philosophique) pouvant être partagée par le plus grand nombre, et capable de guider les Terriens d’aujourd’hui.

Une telle morale est évidemment à recomposer à partir des acquis collectifs de l’humanité: compréhension scientifique de l’Univers et de la place de l’Homme dans la Nature, établissement d’un ensemble de valeurs fondamentales et universelles, leçons de l’histoire politique et culturelle, considération pour toutes les formes de sagesse appartenant à cette histoire, etc… . Dans "La cause humaine", Patrick Viveret propose de faire une synthèse du meilleur de la modernité (notamment l'épanouissement individuel) avec le meilleur des traditions (le sens des solidarités, le rapport à la Nature).
 
Quelques amorces de cette réflexion sont notamment proposées par Hans Jonas dans le Principe Responsabilité ou par Edgar Morin dans Terre-Patrie .

Quelques fondements pour des valeurs universelles : A l’aune de ces fondements, apprécier les actions et les choix et faire passer le message de cette morale rénovée. Une justice pensée à l'échelle planétaire et un bien qui intègre la nécessité de préserver la santé de la Biosphère conduisent à ce que cette morale prône un bonheur sobre cadré par des limites acceptées et s'oppose ouvertement au prétendu hédonisme consommatoire. Il ne faut donc pas s'étonner qu'elle bouscule bien des intérêts et rencontre de fortes résistances utilisant notamment la toute puissance du discours publicitaire.  

Dans cette démarche, il faut se garder de croire qu’une morale capable de concilier les valeurs humaines avec la santé de la biosphère serait une morale exclusivement fondée sur l’absence de perturbation au cours « naturel » des choses.

Peut-on du reste parler d’un bien naturel ? la Nature nous donne-t-elle des leçons de morale ? La Nature est-elle elle-même morale ?

Comme il a été dit plus haut, on a pu montrer que la morale n'est pas une invention de l'espèce humaine, mais un développement de ce qui s'observe pour plusieurs espèces animales qui présentent à un état au moins élémentaire des comportements régulés par l'intérêt du groupe, par l'empathie, et même par les préférences individuelles. On a montré notamment le rôle important de certains neurones, dits neurones miroirs, dans la représentation de l'individu et son identification à ses congénères. Donc si la Nature en elle-même n'est pas morale, il y a dans certains groupes d'êtres vivants des exemples de morale.

Pourtant on redira ici que la question de la morale est essentiellement humaine, dans la mesure ou  sur Terre, on peut admettre que seuls les hommes associent un énorme pouvoir d'action à une volonté élaborée, un libre arbitre. Mais la Nature nous donne aussi des leçons, d’harmonie, de beauté, de durabilité, qu’il importe de bien comprendre et qui peuvent éventuellement nous inspirer. Un choix dans les exemples s'impose car la Nature nous donne également des leçons de cruauté, d’incohérence, d’absurdité, de gaspillage, de bizarrerie, de bêtise. C’est à nous de savoir observer, de juger et de choisir dans l’exemple de la Nature, ce qui correspond aux valeurs que nous voulons promouvoir.


Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
bien_mal

Mots associés

Volonté et liberté
Individu - société
Dieu, religion
Progrès
Valeur
Décomplexé    Hédonisme
Récupération
Pragmatisme    Opportunité
Limites, illimité
Ecologiste
Sobriété    Santé

vers liste alphabétique 

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
































Lucy






rizieres
















banc_courances


auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site