Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Ecologiste


Aujourd’hui tout le monde est écologiste. Alors qu’il y a vingt ou trente ans la revendication écologiste restait confinée aux marginaux néo-hippies, nucléophobes et passéistes, elle est maintenant devenue un refrain omniprésent. Doit-on interpréter ce phénomène comme un mouvement de fond, une mode passagère ou un opportunisme sans conviction ? Comment discerner parmi tous ceux qui se proclament écologistes ?

Commençons par rappeler qu’ici l’écologiste n’est pas le chercheur en écologie (celui qu’on appelle l’écologue), à moins que l’écologiste-chercheur ne se soit lui aussi mué en défenseur de l’environnement. Dans le langage courant, l’écologiste est celui qui a pris parti pour défendre l’environnement face aux menaces qui pèsent sur lui. Ce point de départ général peut conduire à des postures aux formes multiples, plus ou moins théorisées, confuses ou explicites, globales ou partielles. Cette diversité des approches et des modes d’action fait qu’on parle de « nébuleuse écologiste », soulignant aussi par là une difficulté à constituer un mouvement cohérent et uni. Sans remonter à la préhistoire de la pensée écologiste, l’histoire de ce mouvement ou plutôt de cette mouvance correspond au ralliement progressif à une même cause de personnes aux parcours et aux motivations extrêmement variés (défenseurs de la nature ou des animaux, scientifiques, journalistes, consommateurs, militants politiques, mouvements philosophiques, associations locales, lobbyistes, etc…). Sans que cela ne fasse une unité, tous nourrissent la même inquiétude sur la santé de la biosphère et ses répercussions pour le bien être des hommes. Car au delà de leur diversité, s’il y a probablement une chose que la grande majorité des écologistes partagent, c’est l’idée que la responsabilité de l’homme vis à vis de son environnement est centrale dans l’évolution future de la civilisation. Revenons sur cette diversité des écologistes et les problèmes qu’elle pose.

Comment distinguer les vrais et les faux écologistes ?

Les bonnes idées devraient appartenir à tous, mais peut-on alors admettre toutes les récupérations, les détournements, les usurpations et les brouillages ?

Même si ce n’est pas toujours facile à apprécier, un écologiste authentique devrait se distinguer par la sincérité de ses convictions, par des motivations humanistes et solidaires, par un discours cohérent et rationnel, se traduisant en actions autant que possible suivies de résultats tangibles. Il conviendrait donc d’être méfiant ou au moins réservé envers les discours hypocrites, l’écologie trop égoïste ou commercialement intéressée, les conceptions ésotériques, et les actions inefficaces ou contre-productives. Ces distinctions ne sont pas toujours faciles, mais au moment ou précisément les idées écologistes se répandent, il est important de ne pas les laisser noyer dans une trop grande confusion.

Un consensus trop rassembleur peut devenir inconsistant ou même incohérent, mais la trop grande rigueur de pensée peut aussi tourner au sectarisme et à l’enfermement. Le choix entre ces extrêmes est difficile, mais incontournable, il requiert une pensée bien consolidée, une claire conscience des doutes et de la cohérence entre les idées et les actes. Pour accorder les esprits, d’importants efforts de pédagogie sont donc nécessaires. On se rappellera utilement que ce problème est sous le règne de la complexité, et qu’une latitude de jugement importante est nécessaire pour ne pas trancher selon des idées simplistes ou mal hiérarchisées.

Tout en se gardant de trop de naïveté ou de relativisme, il faut en quelque sorte admettre que le monde des écologistes soit lui aussi sujet à une certaine « biodiversité ».

L’écologiste et Cassandre: A-t-il raison d’être alarmiste?

Cassandre est une héroïne malheureuse. Toujours pessimistes, ses prédictions n’en étaient pas moins vraies, et l’incrédulité qu’elles rencontraient laissait la voie ouverte aux catastrophes. Lorsqu’on traite l’écologiste de Cassandre, veut-on alors dire par là qu’il a raison sur le fond, mais qu’il a tort de faire peur ? Mais face à la crise actuelle, peut-on être lucide sans être alarmiste?

Effectivement, l’écologiste est un inquiet. N’ayant pas comme bien des gestionnaires actuels le nez dans le guidon, il est préoccupé par un futur qui va au delà des échéances politiques et économiques. Il a vu son environnement se transformer dans les décennies récentes, il pense aux générations à venir, ses enfants ou petits enfants, et constate que si elle ne change pas sa route, l’humanité court à l’accident . Il tire donc le signal d’alarme.

L’écologiste a souvent peur, ou plus précisément, il nourrit des craintes
, pas toujours pour lui-même, mais pour d’autres, ses descendants, ses concitoyens, les animaux, les plantes. Il s’interroge sur le devenir du progrès humain et de l’harmonie sociale face à la crise environnementale et, volontairement ou non, transmet aux autres ses craintes ou sa peur. Il espère rallier du monde à cette cause et inciter ses contemporains à se saisir du problème qu’il soulève. C’est ce que Hans Jonas nomme « l’heuristique de la peur ».

Notre époque soi-disant hédoniste n’aime pas cette idée, dont le but ultime est pourtant d’éviter que la prédiction pessimiste ne se réalise. C’est pourquoi on dénigre (quand on ne le condamne pas) l’écologiste rabat-joie, alarmiste et culpabilisant. L’ennui dans tout cela est qu’avec le temps, la réalité a plutôt confirmé ces alarmes auxquelles on n’avait pas voulu croire. Les scientistes technophiles et sûrs d’eux-mêmes n’ont pas manqué de railler les sceptiques et les trop prudents (ceux qui ne croyaient pas à l’automobile en 1900, etc…), mais ils n’ont pas été les seuls à voir clair avant les autres. Depuis que les menaces se précisent et malgré quelques soubresauts polémiques, ils ont un peu perdu de leur crédit dans l’opinion.

Il se dit aussi que la peur est contreproductive, qu’elle ne n’arrivera pas à convaincre et qu’il ne sert à rien de s’alarmer outre mesure, ou en tous cas de le montrer.

Mais pour ceux-là qui ont peur de la peur, qui ne veulent pas croire aux effets salutaires de la contrainte et à la pédagogie de la catastrophe, rappelons aussi que bien des écologistes sont aussi motivés par le choix positif d’une vie plus épanouissante, préférant une indépendance sobre et librement assumée à l’aliénation des drogués de la consommation.

L’écologiste est-il réactionnaire, est-il un ennemi du Progrès ?

Dans la mesure où l’écologiste a du futur une vison au moins inquiète, sinon franchement pessimiste, il s’oppose à une conception simpliste du Progrès, à une confiance béate dans l’avenir qui ferait oublier les difficultés présentes et les aléas de parcours. La religion du Progrès, en postulant un futur radieux, en arrive assez naïvement à assimiler tout changement, toute innovation à un bien (ou plus hypocritement à une étape vers le bien). L’écologiste a appris une certaine défiance, il fait de l’évolution de la civilisation un bilan mitigé, et même très critique sur certains sujets. Envisageant le futur sous des aspects multiples, il cherche des issues aux impasses actuelles en s’intéressant aux leçons du passé autant qu’en réfléchissant aux innovations les plus judicieuses. C’est par une simplification irréfléchie (et souvent par pure malveillance) qu’on caricature la pensée écologiste en lui imputant des envies de « retour à la bougie » ou même qu’on l’assimile à certains fondamentalismes totalitaires (par exemple quand on parle de « Khmers Verts »). Le Progrès au sens plein de ce terme est une idée trop complexe pour autoriser les jugements binaires. C’est le mérite notamment des écologistes de nous avoir rappelé cette complexité.

L’ écologiste est-il un favorisé qui fait passer la santé de la planète avant le bonheur des hommes?

Pour disqualifier l’écologie politique, on utilise souvent cet argument, soulignant les coûts de la conversion écologiste autant que l’oubli apparent par les écologistes de nombreuses urgences politiques ou sociales. La diversité des écologistes autorise à l’évidence ce type de reproches à l’égard d’une partie d’entre eux. Sur le fond du problème il faut d’une part nuancer la question du coût de la mutation et d’autre part aborder celle des urgences sous un angle moins simpliste.

Il est évident qu’une partie des changements requis par les impératifs écologiques ont un coût qui fait obstacle à leur adoption par le plus grand nombre. Il reste que certains changements sont aussi générateurs d’économies, que cette question du coût peut se présenter différemment selon qu’on raisonne à court ou long terme, et que si la volonté politique est là, bien des moyens existent pour compenser les difficultés engendrées par ces coûts.

De même la question des urgences mérite d’être recadrée. D’une part, l’inertie énorme de la mutation écologiste impose de caractériser effectivement comme réellement urgents des problèmes situés dans un futur apparemment lointain. D’autre part nombreux sont les écologistes qui sont arrivés à cette position pour des raisons simplement humanistes et qui le prouvent aussi en s’engageant quand ils le peuvent pour les autres urgences sociales et politiques, même si en adoptant une éthique écologiste ils préconisent parfois des solutions différentes. Enfin il faut voir aussi que bien des urgences politiques et sociales sont le résultat même de l’ignorance délibérée des impératifs écologiques par la géopolitique ou l’économie les plus cyniques, et qu’on doit aux écologistes de le mettre en lumière. Le monde est traversé de conflits liés aux appétits pétroliers, et on sait à quel point les délocalisations permettent aux multinationales d’échapper à leurs obligations sociales autant qu’environnementales.

Toutes ces critiques disqualifient-elles les écologistes ?

Il est évident qu’une bonne part de ces critiques à l’égard des écologistes sont tout à fait fondées, justement du fait même de la variété des positions (voir plus haut « vrais et faux écologistes ») et des contradictions inhérentes aux périodes d’interrogation et de transition. Il est donc normal que ces critiques alimentent les débats autour de l’écologie.

Toutefois, il me semble que bien souvent, ces discours, loin d’être constructifs, visent à disqualifier plus ou moins insidieusement celui qui s’exprime comme écologiste, essentiellement dans le but d’évacuer les questions réelles qu’il pose et qu’il faudrait résoudre.

Si nous n’écoutons pas les écologistes, sous prétexte qu’ « ils » sont moralistes, passéistes ou alarmistes, qu’ils préfèrent les animaux aux hommes, qu’ils sont favorisés, ou qu’ils n’ont pas eux-mêmes un comportement exemplaire à cent pour cent, si nous n’essayons pas à partir de ce foisonnement écologiste de faire émerger des priorités bien mesurées, nous faisons le jeu de ceux qui pensent que leur intérêt est dans la poursuite des logiques nocives en cours et qui ne sont pas les derniers à entretenir la confusion
des valeurs. L’histoire politique de ces dernières décennies a montré que malgré le scepticisme généralisé auquel ils se sont heurtés, les écologistes dans leur ensemble ont bien souvent eu raison avant les autres. La cohérence de pensée et d’action à partir de positions multiples, fondamentale pour l’évolution des choses, reste une construction très difficile. Elle est aussi très facile à détruire par le brouillage , le dénigrement et la caricature.

Fondements d’une éthique écologiste

Ils reposent sur quelques constats incontournables, et sur une sorte d’impératif métaphysique qui consiste malgré tout à envisager un avenir positif pour l’humanité.

Nous sommes des Terriens
(comme le dit Edgar Morin dans Terre Patrie), tous tributaires de la biosphère et à ce titre, solidaires entre nous et avec l’ensemble de la Nature.

Notre pouvoir d’action accru dans cette Nature nous donne vis-à-vis d’elle une responsabilité forte
(Hans Jonas, Le Principe Responsabilité),

Il nous faut donc inclure dans nos décisions le respect de la vie et des générations futures
.


Au delà de ces certitudes d’ordre général, la complexité des questions écologiques nous oblige à être circonspects vis à vis des dogmes (économisme, consumérisme, scientisme, progressisme messianique, retours fondamentalistes), à garder un doute salutaire qui ne soit pas paralysant. Nous devons aussi comprendre et accepter que les transitions supposent des états intermédiaires qui peuvent receler des contradictions. La conversion écologiste de la civilisation est en effet une démarche, un mouvement progressif, et non un passage instantané (magique ou brutal) à un état idéal.


Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
goeland

Mots associés

Le bien, le mal, la morale
Futur     Progrès    Modernité
Progrès technique 
Pensée, volonté collectives   
Aliénation    Récupération 
Peur, précaution   
Confiance, optimisme
Empreinte écologique    Décroissance      Sobriété  
Cycle    Diversité     Jardin   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets  
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle






















philippulus_1


philippulus_2

























Pierre_Rahbi

Pierre Rahbi 
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site