Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Emergence


Le phénomène d’émergence qu’on observe dans le monde physique permet de le décrire aux différentes échelles d'observation selon des modalités relativement indépendantes. L’émergence correspond au fait qu’à l'échelle d'un grand nombre d’éléments, un phénomène élémentaire peut se manifester selon une logique dissociée de l'échelle élémentaire et être correctement décrit par des notions spécifiques à cette échelle en principe plus complexe.

L’indétermination quantique cède la place au déterminisme de la chimie ou de la physique macroscopique, la chimie complexe débouche sur la biologie des cellules et des organismes complexes, et ensuite sur l’éthologie puis sur l’écologie. La complexité croissante des systèmes sensoriels et cognitifs débouche sur les notions d’intelligence ou d’esprit, puis mène à la psychologie. La description des groupes humains aboutit aux sciences de l’homme et aux sciences sociales. L’émergence, en ôtant l’espoir d’une compréhension exhaustive par l’analyse élémentaire, donne cohérence au matérialisme sans engendrer le réductionnisme.


L’émergence est donc une discontinuité de raisonnement lors des changements d’échelle qui rend problématique certaines possibilités prédictives. Mais dans le même temps, elle donne aussi un sens réel à des notions telles que le hasard, la liberté, la conscience, et donc la responsabilité, l’éthique, etc.


La description des phénomènes émergents permet d’adapter à nos limites de compréhension la complexité réelle des multiples échelles emboîtées. Par ce processus, nous pouvons décrire chaque échelle selon des notions qui sont propres à notre entendement. En effet, malgré les progrès que nous pouvons faire dans l’appréhension des causes élémentaires, ou dans le passage aux échelles qui nous dépassent, nous restons marqués par une compréhension façonnée à l’échelle de notre vécu d’être humain sensible et éduqué. Souvent, nous personnifions les éléments (atomes crochus, gènes égoïstes, …) ou les ensembles complexes (volonté du pays, amitiés internationales, etc…) sans nous rendre compte que ces glissements de sens sont porteurs de confusion, mais c’est là notre façon d’intégrer notre observation dans les schémas de notre intelligence. En particulier, nous abusons très souvent des expressions collectives telles que « nous », « ils », « on », « la société », « l’homme », « l’humanité ». Ces glissements de langage sont difficiles à éviter.


Même si nous parvenons à décrire correctement certains phénomènes, nous voyons aussi des logiques qui nous échappent, des paradoxes, et nous en sommes souvent réduits à des approches qui paraissent imparfaites ou imprécises. Ainsi, nous parvenons à établir des liens probabilistes entre physique des corpuscules et physique macroscopique, mais nous n’arrivons pas à débrouiller la complexité des mécanismes climatiques ou des logiques génétiques, ni à décrire des mécaniques psychiques élémentaires, ni à faire des liens fiables entre comportements individuels et orientations collectives. La météorologie ou la climatologie, la génétique moléculaire, l’économie sont des sciences à prédictions floues.


La logique de l'émergence nous permet de recourir à des concepts valides dans leur domaine, sans avoir à en répercuter les propriétés dans les niveaux inférieurs ou supérieurs de l'organisation naturelle. Ainsi, des notions telles que la volonté, l'amour, la peur, l'esprit, ont-elles un sens pour analyser les comportements de l'individu humain dans diverses circonstances, mais leur validité bien réelle n'oblige pas à attribuer un esprit, une volonté, etc... aux particules élémentaires ou aux lois physiques. De même, nous devons admettre que ces termes, appliqués à un groupe ou une société d'hommes ou à des animaux, ne peuvent être transposés sans précautions quant à leur définition, ou peut-être même ne peuvent pas trouver d'équivalent pour ces objets d'étude.

Il est ainsi possible d'être matérialiste sans pour autant avoir à tout justifier par une pensée réductionniste.




































Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
boule_poissons

Mots associés

Nature - vie      Complexité 
Science   Echelles, mesure     Horizons   Hasard   Pensée
Pensée, volonté collectives    Individu - société
Banc de poissons     Analogie
Vérité, doute, certitude
Tous dans le même bateau? 

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site