Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Frottements, freins, viscosité


Comme ces mécaniciens qui déplorent l’énergie perdue dans les frottements, l’usure et les problèmes d’échauffement nos sociétés dynamiques vilipendent constamment les frictions, les frottements qui freinent l’évolution. Et pourtant, que serait une machine sans aucun frottement, sans freins ? Elle serait incontrôlable. Que serait une nature sans frottement ? Elle ne serait tout simplement pas vivable.



freinage_2


Pour un vélo ou une voiture, pas de frottements, cela veut dire pas d’adhérence au sol, impossibilité de prendre des virages ou de ralentir, une suspension qui oscille sans fin, des composants qui se déboîtent, se dévissent, à moins d’être soudés. La cohésion des solides procède des mêmes phénomènes microscopiques que les frottements. Que ferions nous sans les colles qui ne font que créer des frottements. Même le skieur ou le parachutiste ont besoin de certains frottements pour contrôler leur trajectoire. On peut du reste observer que la vie, qui nous est si chère, se développe plutôt là ou elle peut s’accrocher, trouver un ancrage. Peu de vie dans les remous des torrents, encore moins dans les gaz (à commencer par l’atmosphère qui est en réalité proche du désert biologique). Et la vie, ce sont souvent des solides mous, des gels, des liquides visqueux c’est à dire avec des frottements internes.

Les systèmes naturels qui s’autorégulent efficacement sont souvent des systèmes amortis. Ces équilibres naturels si rassurants doivent une bonne part de leur stabilité, de leur permanence, aux frottements, à la viscosité. L’atmosphère, gazeuse et donc instable, nous gratifie des caprices de la météo.

Les emballements médiatiques ou boursiers ont une bonne part de leurs origines dans l'hyperfluidité de l'information ou de l'argent. Devenus volatils, l'opinion ou les marchés cessent d'être sages pour devenir capricieux. Il faut souligner ici l'erreur fondamentale (pour ne pas dire la mauvaise foi ou le cynisme) de ceux qui ont prétendu favoriser par la dérégulation l'harmonie économique (et selon eux sociale). La circulation des capitaux peut se faire maintenant sans obstacles ni frontières, elle est accélérée par l'informatique, les cloisons entre dépôts, épargne et casino ont été supprimées, la cotation des valeurs boursières est devenue instantanée. Ayant perdu toute viscosité, les masses financières sont devenues dangereusement agitées et instables. C'est même pire car en partie (et surtout pour les privilégiés), l'argent a été libéré de la soumission au temps: le "trading" à haute fréquence opéré par les ordinateurs alimentés en algorithmes capables d'arbitrer en des temps record ou les systèmes de ventes à découvert ou d'achat avec effet de levier confèrent à l'argent un comportement de plus en plus paradoxal. La crise financière de 2008, qu'on peut décrire comme l'évolution chaotique d'un système mal régulé, en est une illustration exemplaire.

La vraie question n’est donc pas de supprimer les frottements, mais de choisir où on veut en avoir. On met de l’huile dans les rouages, pas sur la chaussée ni sur les pneus, ni sur les patins de freins. Il est maintenant clair qu’en faisant l’apologie de la vitesse, de la réactivité, de la mobilité, de la fluidité, les théories économiques dominantes ont oublié l’utilité fondamentale des frottements et des freins. Il n’est pas étonnant alors que cette conception débouche sur une machine folle. On espère qu’elle reprendra contact avec le sol, qu’elle pourra freiner et amorcer son virage.







freinage_5
dessin Bar2 










Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
peau_de_banane

freinage_1

Mots associés

Mécanique    Vitesse, lenteur  
Immobilisme, changement 
Parfait    Progrès technique  
Compétition    Performance  
Slip - stick    Mayonnaise
Tous dans le même bateau?

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets  
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site