Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Harmonie, beauté 


Harmonie, et beau sont liés au bien, car l'harmonie caractérise le "bon assemblage". Ainsi en musique, deux sons dont la combinaison est perçue comme suffisamment simple à l'oreille sont en harmonie, ce qui pour l'acousticien se produit lorsque les fréquences sont entre elles dans des rapports relativement simples. Le repère de l'harmonie dans la qualité des productions artistiques s'est complexifié et même brouillé au fil du temps, mais il reste dans cette idée la référence d'une combinatoire simple et rassurante, produisant sur nos sens un effet plutôt apaisant. La beauté, liée dans un premier temps à l'harmonie s'en est ensuite plus ou moins détachée au fil des multiples variations de l'intérêt culturel.

Laissant donc délibérément de côté la discussion sur l'harmonie dans l'art, je restreindrai mon propos aux beautés de la Nature, car très souvent, ceux qui contemplent ou observent la Nature font le constat admiratif de son harmonie, de son économie.

Nos rapports avec la Nature sont permanents et nous sommes sensibles à sa richesse, sa variété, ses changements, mais aussi son immuabilité, en bref sa grandeur et sa beauté.
Notre évolution biologique a probablement forgé notre sensibilité vis à vis de notre environnement : lumière, couleurs, mouvements, odeurs, bruits et sons, température. Nous formulons des jugements implicites ou explicites sur ce que nous percevons de la Nature, et probablement, étant plus attirés par une Nature favorable à notre vie, nous avons d’elle une vision plutôt optimiste. Ce qui n’exclut pas d’être aussi effrayé, dominé, inquiété, etc…Notre point de vue sur la Nature n’est donc pas objectif, il est à l’évidence filtré et déformé par notre condition d’humain, et même d’humain occidental du vingt et unième siècle. Nous voyons de l’ordre et de l’harmonie quand notre compréhension des choses nous permet d’organiser notre vie dans une Nature qui pourvoit à nos besoins, mais nous restons soumis aux catastrophes imprévisibles, qui nous rappellent que la Nature sait aussi être hostile ou déroutante. Il est vrai que la lecture par la science nous permet de mieux maîtriser nos rapports avec l’environnement, de mieux lire le monde, et donc de l’admirer plus à notre aise, et qu’à défaut de tout comprendre, nous espérons parvenir un jour à mieux apprivoiser les aléas naturels.

D’un point de vue plus « objectif », quelques propriétés attestent d’une harmonie, d’un optimum, d’un équilibre naturel. Nous observons dans la Nature l’effet des grandes lois physiques, qui sont souvent des lois d’équilibres, d’optimums. La stabilité de l’ordre naturel rassurait probablement les hommes cherchant une survie assez précaire dans un environnement difficile.

Mais à côté de cet ordre naturel, il y a aussi des lois de dégradation, de déchéance, et sur le chapitre du désordre et de l’informe, nous sommes mal préparés à une observation correcte. La Nature peut aussi nous apparaître comme gaspilleuse, cruelle, illogique, absurde par bien des aspects. Grâce à notre regard plutôt sélectif, nous minimisons les aspects chaotiques et pour nous incompréhensibles, par rapport aux connaissances rationnelles qui traduisent l’harmonie naturelle.  Dans d'autres circonstances, tout en reconnaissant qu'elles lui sont intrinsèques, nous cherchons à corriger ces imperfections de la Nature.

Plus surprenant est que nous voyons la Nature évoluer vers une complexité, une richesse croissantes, en quelque sorte, une inventivité, une créativité qui participent à sa stabilité.

Ce que nous apprécions probablement sans le formuler explicitement, c’est une combinaison de compréhensible et d’incompréhensible, d’ordre et de désordre, de constance et de variété, dans des degrés auxquels nous sommes habitués.

L’harmonie naturelle est elle assimilable au bien ? Il est risqué, et probablement assez spécieux de chercher à tirer des leçons morales de l’observation de la Nature.  C'est l'erreur d'un Leibniz, qui analyse mathématiquement les conséquences physiques de certaines lois naturelles, en constate l'harmonie, et extrapole ce point de vue pour affirmer un optimisme de principe totalement confiant dans l'organisateur de toutes choses. Voltaire a bien saisi l'absurdité de cette posture en montrant le ridicule du personnage de Pangloss, qui subit tous les malheurs avec béatitude, certain qu'ils font partie d'un ordre supérieur.

Trouver une harmonie, une économie, un ordre et même une beauté dans certains aspects de la Nature ne doit pas conduire à en faire pour toutes choses un modèle moral. Il faut là encore faire preuve de discernement et ne pas confondre (même si elles sont interdépendantes) les affaires humaines et la marche de la Nature. C'est cette erreur que commettent des doctrines telles que l'eugénisme ou le darwinisme social, responsables de méfaits humains au nom d'un ordre "naturel" supérieur. Aujourd'hui, certaines versions de l'ultralibéralisme postulant une harmonie dans l'économie livrée à sa seule "nature" s'apparentent à cette attitude.

Tout au plus, s’il fallait absolument essayer de voir dans la Nature des qualités absolues qui puissent nous éclairer, je pense qu’on pourrait résumer les vertus de la Nature à sa permanence à long terme, qui n’exclut pas l’évolution, et à sa capacité à produire de la diversité. En bref, inventivité, complexité, fonctionnement cyclique, stabilité, évolutivité.




st_antonien_2


Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
San_Lorenzo

Mots associés

Parfait    Dieu, religion 
Hasard   Complexité     Ennui
Cycle    Diversité     Valeur Santé      Jardin

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site