Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Hasard


Il y a des phénomènes prévisibles et d’autres qui ne le sont pas. Certains phénomènes imprévisibles sont parfois attribués à une volonté extérieure plus ou moins bien identifiée. Cela permet (à tort ou à raison) de les intégrer dans un système intelligible.

Mais lorsque des phénomènes imprévisibles ne sont pas
attribuables à une volonté extérieure, on parle alors de hasard (vrai). Cette définition peut donc faire du hasard une réalité effective, ou une simple commodité de langage permettant de nommer les insuffisances de notre capacité à prévoir.

Ce qui importe dans ce qui précède est que le hasard est en réalité une notion attachée à un observateur confronté au problème de la prévision. Cette notion est plus attachée à notre faculté d’analyse qu’à la réalité analysée. Toutes les considérations philosophiques (voire pseudo-philosophiques) sur le principe d’incertitude de Heisenberg(*), ou sur le démon de Laplace(**) montrent en effet que la pierre de touche de la notion de hasard n’est pas le phénomène lui-même, mais la prévisibilité de ce phénomène par un observateur

Ainsi, pour qu'un phénomène puisse relever du hasard, il faut que sa causalité soit ou bien très sensible à des impondérables, ou bien d'une complexité qui brouille l'analyse.
A partir d'un certain degré, ces aspects font renoncer l'observateur à toute prévision. Il y a donc dans la notion de hasard des aspects psychologiques importants.

La connaissance des causalités est rassurante, et une grande part de la quête scientifique vise à étendre cette connaissance. Face aux obstacles de compréhension ou aux limites de notre interprétation, nous avons du mal à accepter notre ignorance des choses. Nous attribuons donc  ce que nous ne comprenons pas à une ou des volontés cachées (des « esprits » ou des « dieux ») que nous personnifions, pensant ainsi mieux les comprendre. A défaut, nous donnons le nom de hasard à cet horizon de connaissance, ce qui nous permet d’évacuer notre inquiétude en donnant un nom à ce qui est l’absence apparente de cause.

La question de savoir si les causes sont totalement absentes ou si les causes sont infinitésimales est en fait assez spécieuse
. On connaît la logique des phénomènes chaotiques (c’est à dire macroscopiquement sensibles à des causes infinitésimales) et la nature en est remplie. C'est ce que la vulgarisation scientifique a popularisé sous le nom "d'effet papillon", faisant allusion à la sensibilité de la météorologie à des causes petites (un battement d'ailes de papillon supposé à terme déclencher un ouragan). Dire qu’un phénomène a une cause infinitésimale plutôt que de dire qu’il est sans cause revient au même en pratique. La seule différence est purement métaphysique et si elle permet de garder une conviction déterministe forgée dans la découverte des lois physiques macroscopiques, elle n’a aucune conséquence sur le plan de l’action, ni sur des notions comme la liberté individuelle ou sur la morale.

Au passage, on remarquera que certaines logiques d’émergence peuvent parfois produire du déterminisme macroscopique à partir de chaos microscopique. On peut aussi observer qu’une logique de sélection par cohérence interne sur une production stochastique peut tout à fait déboucher sur un résultat ordonné (voir la théorie de l’évolution). Ainsi, le hasard qui régit le monde élémentaire ne nous condamne nullement au chaos général.
Le vrai problème du hasard ne concerne pas les causes, mais les buts : par son imprévisibilité structurelle, le hasard rend la question des finalités indécidable. La Divine Providence disparaît. Et c’est donc à nous de penser, dans la mesure de notre pouvoir d’agir, aux fins que nous envisageons pour la marche des choses.

 

 





















(*) Impossibilité dans le monde microscopique de connaître avec une précision absolue à la fois la position et la vitesse d’une particule. Cette impossibilité due à la perturbation apportée par l’observation sur le phénomène observé peut être généralisée à d’autres phénomènes. (retour)

(**) Être hypothétique qui, dans un univers considéré comme totalement déterministe (Laplacien), connaîtrait la totalité des caractéristiques de composantes élémentaires et serait dont en mesure de prévoir la totalité du futur de l’univers. (retour)



Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
hasard_3

Mots associés

Métaphysique    Complexité 
Buts, finalités     Emergence 
Echelles, mesure    Horizons   Volonté et liberté  
Dieu, religion     Météorologie  
Effet transistor

vers liste alphabétique  

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site