Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Immobilisme, Changement


Ces deux mots sont les deux pôles d’une échelle de valeurs omniprésente, notamment dans le monde de la politique et de l’économie modernes. L’immobilisme étant assimilé au Mal et le changement au Bien.

Immobilisme, inertie, stabilité

Embarquées depuis plus de deux siècles dans un déferlement de transformations, les sociétés humaines ont souvent du mal à suivre. Les peuples ont généralement l’inertie des grands nombres. Des réformateurs impatients et bienveillants s’attachent à lutter contre toutes ces pesanteurs, cet immobilisme qui, en rendant l’avenir si semblable au présent, ferme la porte aux espoirs les plus raisonnables ou les plus fous. Pour qui voit loin à l’avance, le chemin à parcourir est toujours trop long, la marche est trop lente, le fardeau à déplacer trop lourd. Cette condamnation de l’immobilité, c’est notre incapacité à accepter le rythme normal des choses, c’est une irrépressible tendance à projeter notre perception du temps sur les temps de la vie et de l’histoire. C’est notre ennui de mammifère diurne devant ce qui semble ne pas bouger, sans doute est-ce aussi notre crainte de la mort.

Cependant
, qui ne voit que sans permanence, sans stabilité, les incertitudes du monde nous seraient insupportables. Si les novateurs se disent bridés par les conformismes dont ils stigmatisent la bêtise, il faut aussi voir que ces conformismes recèlent également une part de sagesse. Nous sommes au fond assez rassurés que les folies collectives incompréhensibles ou dangereuses soient relativement rares.

Ce qui ne change pas appartient au décor et reste secondaire, c’est pourquoi nous oublions de nous féliciter de la solidité du décor, de la stabilité du monde, de l’éternel recommencement. Rappelons nous aussi qu’après avoir pensé un univers immuable et éternel, les hommes ont eu beaucoup de mal à accepter que la Terre ait une histoire, que la géographie soit mouvante, que le vivant ait évolué et que la géophysique puisse  nous réserver parfois d’inquiétantes surprises. Nous ne sommes rassurés que par l’extrême lenteur de cette histoire, ce qui montre bien que la stabilité de la Nature nous est aussi essentielle.

Innovation, réactivité, instabilité

Pas plus qu’on ne peut faire de l’immobilisme un défaut absolu, on ne peut faire un éloge total de la mobilité. C’est pourtant ce qu’on entend bien souvent, dans ces prêches pour la flexibilité, pour l’adaptabilité, la réactivité, etc… Les champions sportifs sont des modèles, leurs victoires sont le résultat de leur rapidité, de leurs réflexes vifs. Nous sommes conviés à admirer les innovations de la technique, ses dépassements, à valoriser un artiste pour son inventivité. « Nouveau !», c’est un des arguments définitifs de la publicité. Peu importe si ces nouveautés ont une réelle utilité, si elles se payent d’un risque mal apprécié, de la disparition de choses précieuses rendues obsolètes, peu importe de savoir si ces innovations sont réellement un progrès.

On finit par en oublier complètement l’intérêt de la permanence, de la stabilité, de la répétition. Le commerce qui n’hésite pas à récupérer tout et son contraire ne s’y est d’ailleurs pas trompé en nous vendant, sous un emballage « nouveau », des recettes « traditionnelles  ou à l’ancienne » retrouvées spécialement pour nous par une industrie qui ne veut que notre bonheur. Si on flatte ainsi notre conservatisme, c’est aussi pour nous rassurer. Nous ne plongeons pas à corps perdu dans les tourbillons de l’innovation sans fin, nous conservons quelques repères, et nous préférons probablement le support stable et permanent que l’inertie de notre planète nous offre. Comment pourrions nous vivre si la Terre se comportait sous nos pieds comme un canot pneumatique, si les saisons cessaient de se répéter d’année en année ? comment nous nourrir ou nous soigner si la biologie évoluait à vitesse accélérée inventant chaque mois de nouvelles espèces, en éliminant d’autres ? que ferions nous alors de nos savoirs accumulés ?

Cependant, nous voyons bien que la Nature est inventive et innovante, qu’elle s’adapte, qu’elle est faite de réactions aux changements de conditions. Cette variabilité de la Nature est même un sujet constant d’émerveillement. Pour être rigoureux, les choses sont plus complexes car la Nature a aussi sa stabilité, ses « traditions », sa répétition immuable, et il ne faut pas nécessairement y voir une source d’ennui. La Nature est en réalité lentement innovante, et nous avons du mal à saisir les durées qui ont été nécessaires pour produire peu à peu la biodiversité, qui constitue la réserve de réactivité tout autant que la marge de stabilité de la Nature. On oublie aussi un peu facilement les innovations sans suite, les destructions catastrophiques, le gaspillage immense qui sont aussi le prix de l’évolution et que nous révèlent d’innombrables fossiles.

 

Synthèse ?

Il nous faut donc apprendre à reconnaître les qualités de cette lenteur (qui sélectionne la bonne adaptation) et de ce gaspillage apparent de variété (permettant de surmonter les catastrophes). Transposées à notre niveau, cette patience et cette prévoyance seraient de l’ordre de la sagesse. C’est quand on se pose ces questions qu’on constate que ce mot a presque disparu du vocabulaire de nos décisionnaires, alors qu’il a longtemps été un sujet de préoccupations pour les philosophes des lumières qui rêvaient d’un ordre social parfait. Il suffit de voir en quelle estime nous tenons les anciens, et comment nous craignons par dessus tout l’ennui, la punition suprême. Le monde moderne occidental préfère spéculer sur demain plutôt que réfléchir sur hier ou avant hier ; il a visiblement décidé de sacrifier la sagesse à la frénésie productive.

Maintenant que les échéances de la crise écologique s’approchent, combien de ceux qui par ailleurs idolâtrent la nouveauté aimeraient ne pas avoir à changer l’idée qu’ils ont du bonheur, qui préfèreraient, pour paraphraser le joli jeu de mots de Serge Latouche, "changer le pansement pour éviter de penser le changement". En réalité, chacun a probablement ses conservatismes, et ses envies de faire bouger ce qui résiste. La bonne question n’est donc pas d’être pour ou contre « le » changement  (comme s’il n’y avait qu’une forme de changement), mais de savoir ce qu’il est précieux ou essentiel de conserver, de réfléchir où nous mène « le » changement : vers « le » bonheur, vers l’inconnu, ou vers l’orage. Il y a de bonnes inerties et des immobilismes salutaires ; on pense à ce discours prêté à un politicien d’opérette : « hier, le pays était au bord du gouffre, mais depuis que je suis aux commandes, nous avons fait un grand pas en avant »


Antoine Li              http://www.think-thimble.fr
escargot

Mots associés

Complexité    Evolution  
Vitesse, lenteur      Slip - stick  Frottements, freins   Modernité
Progrès   Ennui   Récupération
Oxymores    Mode, tendance
Echelles, mesure    Cycle
Tous dans le même bateau?  

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site