Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Modernité


Un lieu commun qui a perdu son sens

La modernité est un véritable slogan, invoquée en toutes circonstances. En politique, il faut moderniser, un objet de décoration est « résolument » moderne, mais telle ou telle œuvre ancienne ou primitive (Lascaux, un masque africain, Bach, l’Evangile, etc…) est aussi « incroyablement » moderne. A quelques rares exceptions près (les mathématiques, la pédagogie, l’urbanisme, ) ce qui est moderne est fondamentalement bon, même si c’est parfois un peu déconcertant. Ce mot trop galvaudé de modernité ne veut plus rien dire, si ce n’est une vague adhésion indifférenciée à ce qui est actuel. Tout intellectuel doit afficher sa modernité. On en arrive à faire croire que toutes les époques ont eu leur modernité, suscitant toujours les mêmes attitudes. En réalité, la notion de modernité a une histoire, et du point de vue philosophique, elle a un contenu. Son apparition marque un véritable changement dans l’histoire des cultures.

Un épisode dans l‘histoire des civilisations

Même si elle s’amorce plus tôt par la conjonction de différents facteurs, disons vers la fin du Moyen-Age, la modernité apparaît officiellement en Europe au dix-septième siècle, avec la querelle des anciens et des modernes en art, avec les premiers succès des sciences d’observation et la multiplication des grands voyages.

A partir de la Renaissance, la lecture se répand, les humanistes revendiquent de penser par eux-mêmes, défendent la raison et prennent des distances avec l’autorité de l’église. Peu à peu, l’observation du monde devient méthodique et s’équipe d’outils de plus en plus précis et puissants. L’explication scientifique gagne en autorité en augmentant considérablement les capacités prédictives et l’efficience de l’action humaine. Elle « désenchante » le monde, non sans conflits avec la religion, et dans le même temps elle déstabilise les morales primitives ou traditionnelles fondées sur la pensée magique ou sur la relation avec Dieu. La remise en cause des dogmes religieux a donné plus de valeur au jugement individuel et déstabilisé les règles collectives. Mais la naissance de la modernité correspond aussi à l’émergence de la notion de Progrès.

A partir du XVIIIe siècle, le Progrès sous ses diverses formes suscite l’espoir d’un monde meilleur et remplace ainsi peu à peu l’espoir religieux d’une autre vie meilleure dans l’au-delà. La foi dans le Progrès et l’espoir du paradis sur Terre se substituent à l’espoir métaphysique du Paradis céleste. Cette mutation philosophique transforme les conceptions sociales en parallèle avec les changements économiques et techniques.

Aujourd’hui, sous l’influence prolongée d’une philosophie politique tendant à réduire le bonheur à sa composante matérielle, voire monétaire, on peut dire que la religion de la croissance économique prêchée dans les cercles dirigeants ou dans les médias n’est qu’un avatar simplifié de cette religion du Progrès.

L’effet radical de deux siècles de modernité et de mondialisation sur l’évolution des civilisations a gravé dans les esprits l’idéologie univoque de l'avenir meilleur. Toute remise en cause de l’évolution des choses se voit ainsi jaugée à cette aune, souvent de façon simpliste. Il faut cependant sortir de ce débat.

Crise de la modernité

La science et la technique, en même temps qu’elles ont accru le pouvoir humain d’agir, ont donc affaibli les repères éthiques qui assignaient des limites à la volonté individuelle ou collective. Elles ont aussi fait émerger cette foi dans le Progrès, assez naïve, mais qui a opportunément occupé la place des anciennes religions discréditées par la nouvelle connaissance.

Notre pouvoir d’agir s’accroît
, mais il est de plus en plus difficile à mesurer, les chaînes causales se complexifient et les responsabilités se diluent, le repli dans la sphère individuelle rend plus improbable une action collective concertée. C’est le fond du problème actuel, aggravé par l’explosion démographique, la surexploitation de l’environnement et l’escalade technique (transports et communications notamment)

Une crise sans précédent
(amorcée avec la modernité) se fait jour. Elle est liée notamment
  • à l’augmentation de l’impact humain (population et puissance) sur une planète aux capacités finies (crise écologique)
  • aux rapports de domination et aux inégalités croissantes liées à la généralisation des échanges matériels et financiers (crise de l’économique)
  • au brassage mal maîtrisé des diversités culturelles (crise culturelle et morale)
Avec ce brouillage général de l’espoir progressiste notre civilisation perd son sens et ne sait plus très bien après quoi elle continue à courir.

Malgré l’avenir assombri et l’inévitable regret d’un hypothétique âge d’or perdu, on ne peut effacer la transformation radicale que la modernité a imprimé au monde des Terriens. De nombreux acquis positifs doivent aussi permettre de réagir. On ne peut pas non plus rester englués dans un fatalisme passif devant le cours actuel des choses ni prolonger une logique de fuite en avant irresponsable.


Pour dépasser cette modernité usée et préparer un avenir moins sombre, il faut penser et agir pour le XXIe siècle  sans sacraliser les dogmes hérités des deux siècles précédents.

lagos_2
le développement moderne à Lagos


Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
piano_berlinimmeuble de Renzo Piano à Berlin 

Mots associés

Progrès   Volonté et liberté 
Buts, finalités     Futur 
Dieu, religion    Utopie  
Science    Progrès technique  
Immobilisme, changement  
Limites, illimité    Planète
Ecologie     Durable   
Empreinte écologique    Crise 
Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site