Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Oxymores


Figure de rhétorique consistant à associer deux contraires, les oxymores sont souvent employés dans le domaine politique. Ils permettent en effet de satisfaire tout le monde, sans pour autant trancher les débats. Ils révèlent la schizophrénie de notre époque, tiraillée par exemple entre l'envie de poursuivre la logique de l'économie triomphante et la prise de conscience écologique. Présentés parfois comme une forme d’élégance de la pensée, les oxymores politiques confinent en réalité à l’escroquerie intellectuelle. Il est vrai aussi que ce genre de ruse sémantique a des vertus diplomatiques et peut parfois permettre de faire bouger les lignes.
Dans un contexte de crise, ces contraires rassemblés dans des expressions paradoxales mais apparemment bien trouvées permettent de noyer le poisson, de retarder la décision, d’éviter le moment de trancher. Comme on dit, « il est urgent d’attendre ».
Voici très brièvement commentés quelques-uns de ces oxymores visibles ou cachés, révélateurs des choix difficiles de notre époque.

Développement durable

C’est le type même de l’expression consensuelle, mais piégée, l’idée de développement est au fond assez voisine de celle de croissance matérielle. Or dans notre monde fini, celle ci ne peut durer sans tendre vers zéro. Lorsqu’on cherche à trancher cette question, on bute sur l’ambiguïté du mot développement comme sur celle du mot durable. Le malentendu (et le consensus flou) sont inhérents à cette expression.

Croissance verte

C’est un oxymore véritable si on pense que ce qui est « vert » est incompatible avec la croissance, donc si on assimile la doxa écologiste à la décroissance. Ce peut aussi être un oxymore véritable si on pense à habiller en vert une croissance dans la même logique que celle qui a prévalu dans les riches heures de l’industrialisation. Comme développement durable, cette expression est un collage de deux mots à connotation positive, typiquement dans la logique de tous ces slogans politiques au contenu flou.

Voiture propre

Si propre signifie non polluant pour la Nature tout au long du cycle de vie, il n’y a pas de voiture propre. On peut juste espérer que la voiture en tant qu’objet industriel soit le moins sale possible, pour sa fabrication comme pour son usage et son recyclage, et que son utilité soit bien raisonnée dans le cadre de ce qui est supportable pour l’équilibre avec une nature en bonne santé. Si la voiture propre est un raccourci pour transport individuel motorisé écologiquement correct, cela a un sens, mais pour l’instant, on en est surtout à réfléchir à des voitures « moins sales » ce qui est déjà un progrès.

Consomm-acteurs

Le consommateur est-il réellement un acteur? On peut en douter. L’initiative pour proposer un produit, pour en définir les caractéristiques et le prix appartient au producteur. Certes, le marché organise une interaction entre le producteur et le consommateur mais dans le système industriel actuel, le consommateur est relativement passif ou tout au moins réduit à une posture réactive. C’est cette passivité, poussée à l’excès qui a fait réagir les mouvements de défense des consommateurs, et tente de faire émerger un consommateur actif, décisionnaire dans le cycle production consommation.

Ressources humaines

Sans être rigoureusement un oxymore, le rapprochement inattendu de l’humain et de la ressource dans la novlangue économiste a un côté paradoxal. Pour le dirigeant d’entreprise, les ressources, ce sont normalement des choses, des sommes d’argent, des minerais, des installations techniques. Inclure les hommes, les employés, le personnel dans cette catégorie permet de les dépersonnaliser, d’éviter d’avoir à penser leur gestion en termes de morale, de faire prédominer la logique de l'argent. Le chef du personnel avait affaire à des humains, le DRH soumet l’humain à la logique économique de l’entreprise. Pour lui, l’humain devient de la matière première. On sait où cela peut mener.

Discrimination positive

La discrimination exclut, elle rejette. Elle est donc plutôt négative. C’est une trouvaille de la politique d’avoir retourné ce concept en faisant cette fois-ci des distinctions pour promouvoir, pour réparer des injustices. A partir de là la discussion s’amorce pour savoir si la justice y trouve effectivement son compte (puisqu’on déroge au principe d’égalité), ou si ce privilège de réparation ne se retournera pas à son tour contre son bénéficiaire.

Démocratisation du luxe

Sous cet habillage noble on suggère que le plus grand bonheur est accessible à tous. C’est évidemment une expression mensongère, qui a été inventée pour entretenir la fièvre consommatoire en élargissant les marchés. Le luxe est par essence un privilège, et n’appartient donc qu’au petit nombre. Accessible à tous, il se dévalorise, puis engendre un phénomène d’escalade. Au moment où il nous faut retrouver une certaine sobriété, il devient évident que l’idée d’un « luxe démocratique » peut conduire à bien des gaspillages .

Gagnant – gagnant

Paradoxe pour paradoxe, il n’est pas interdit de voir cette expression comme un oxymore, car en face du gagnant, on attend plutôt un perdant. Cette formule cherche à créer la surprise en soulignant que les deux parties qui entrent en jeu peuvent être gagnantes sans que la partie adverse en soit lésée. Les économistes adeptes de la « théorie de la justice » de Rawls, et après eux les politiciens ont une affection particulière pour cette recette magique censée convaincre tous les partenaires d’une négociation, d’une réforme, etc…
En écologie, il y a aussi du gagnant-gagnant, lorsqu’on explique que la reconversion écologique sera génératrice d’emploi, engendrera un mieux-être avec moins de pollutions, plus de temps pour soi, une vie plus en rapport avec la Nature, etc… On insiste moins sur les regrets pour renoncer aux puissants moteurs qui suppléent à notre paresse, pour se passer de la magie des nombreux et futiles gadgets proposés par l’innovation industrielle ou pour abandonner le régime alimentaire trop riche et trop carné de la société postmoderne, etc…Toutes ces « merveilles » ne mènent pourtant pas nécessairement au bonheur qu’on nous fait miroiter et ce renoncement que nous préférons ne pas affronter n’est peut-être pas un sacrifice si inquiétant.

Marché parfait, concurrence parfaite

Cette expression paradoxale, inventée par les économistes modélisateurs confine aussi à l'oxymore. Le marché, institution on ne peut plus humaine et sociale a nécessairement les "imperfections" de son humanité et il en est de même pour les situations de concurrence. Cet idéal qui permet aux théoriciens de se livrer à quelques spéculations mathématiques poussées finit pourtant par devenir une sorte de modèle politique. Lorsqu'il s'agit de donner quelques règles aux opérations boursières, on peut encore penser qu'il s'agit de l'intérêt collectif, mais lorsqu'on érige en dogme la concurrence parfaite à l'échelle européenne ou même mondiale, le décalage absurde entre la perfection du modèle et les sociétés auxquelles on veut l'appliquer devient flagrant. Le comble du libéralisme doctrinaire est atteint lorsque pour faciliter ces jeux de concurrence, on facilite les mouvements financiers en faisant tomber les barrières et en augmentant la fluidité de l'argent.
    Pour mesurer à quel point ces hypthèses sont irréelles, il suffit de constater qu'en général, on ne parle pas d'homme parfait (homo perfectus), ni de démocratie parfaite.

L’économie sociale de marché

Comme ci-dessus, on peut considérer qu’il s’agit d’un oxymore caché car pour les économistes, le marché, c’est la confrontation des égoïsmes, donc plutôt le contraire du social. Au mieux, il s’agit d’un compromis entre des logiques opposées, celle de l’équilibre du laisser-faire et celle de l’harmonie par la régulation. Comment politiquement trouver et maintenir cette improbable alliance des contraires?

L'économie virtuelle

Cette expression désigne les activités économiques réellement lucratives qui s'exercent sous forme prétendument dématérialisée grâce aux technologies de l'information et de la communication. Il est certain qu'avec cette révolution technique dans la plupart des activités tertiaires, d'importantes économies ont été faites en matière de consommation de papier et d'encre, ou de transport postal. Mais il ne faut pas pour autant croire que la consommation matérielle a disparu: il semble d'après certains calculs que la consommation énergétique pour entretenir tous ces réseaux soit loin d'être négligeable, notamment pour fabriquer tous les appareils qui sont indispensables, et surtout pour refroidir les énormes serveurs informatiques qui gèrent la transmission des informations. Dans ce domaine une bonne part des économies dues au changement de système technique est perdue dans le gaspillage lié à l'abus démsuré de la commodité ainsi offerte. 
A cela, il faut ajouter que la richesse mise en jeu dans ces domaines de l'économie n'entend pas rester virtuelle bien longtemps, mais qu'elle espère bien se concrétiser, le plus souvent sous la forme de cette surconsommation qui mène l'humanité à l'impasse (ce qu'Hervé Kempf démontre bien dans son livre "Comment les riches détruisent la planète")

L’union dans la diversité, le changement dans la continuité, etc…

Sans commentaire, car ces oxymores cousus de fil blanc sont des pont-aux-ânes de la propagande électorale la plus creuse.


Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
oxymore

Mots associés

Pensée, volonté collectives 
Immobilisme, changement  
Récupération   Complexité   
Développement     Durable 
Marché, marchandise     Surimi
Vérité, doute, certitude  

vers liste alphabétique

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle













paradoxe_2
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site