Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Parfait


Comme il est dit à la fin du film Certains l’aiment chaud : « Nobody is perfect ! », et plus généralement on dit couramment que la perfection n’est pas de ce monde. Seul Dieu est parfait, mais Dieu existe-t-il ? Peut-on penser un monde parfait, si on ne s’intéresse qu’à celui d’ici-bas ? Faut-il, parce que l’idéal est inaccessible, renoncer à toute action, ou agir sans but ?

La perfection est donc un idéal mais de quoi ? On pense souvent à un idéal de vertu, mais à l’origine, la perfection serait plutôt le « zéro défaut ». L’étymologie du mot parfait, contient en effet l’idée de l’achèvement. Est parfait ce à quoi il n’y a rien à ajouter.

En sciences
, on utilise aussi l’adjectif parfait pour désigner un objet idéalisé sur lequel on raisonne. Dans ce cas, la perfection, ce serait avant tout la simplicité (simplicité de description, de fonctionnement). Pensons aux gaz parfaits, aux solides parfaits, aux formes parfaites, aux machines parfaites, au marché parfait. La chose parfaite est alors réduite au principal, sans les perturbations qui existent dans la réalité. La perfection procède alors en quelque sorte du refus de certaines complexités (défauts matériels, géométriques, frottements, effets secondaires, incertitude de comportement ou de mesure). Lorsque le recours aux concepts parfaits facilite le raisonnement et permet de développer des théories intéressantes et utiles, c’est une démarche positive, mais si la simplification déforme trop la réalité, si le raisonnement s’applique à des modèles trop schématisés pour décrire correctement ce qu’on cherche à comprendre, la perfection correspond à une fuite dans un monde d’idées qui peuvent être trompeuses.

C’est notamment ce à quoi on assiste dans les sciences du complexe, notamment en psychologie ou en économie, dont les théories ne sont que des schémas incertains. C’est également ce qui résulte de données physiques trop nombreuses lorsqu’on cherche à prévoir les phénomènes climatiques ou l’évolution de grands écosystèmes. Dans ce cas, sans s’interdire le raisonnement, il faut garder conscience des limites autorisées pour l’interprétation prudente des « résultats ». La grande difficulté alors est d’apprendre à discerner l’apport réel de certitudes dans l’image floue issue du raisonnement.

La perfection, à cause de cette simplicité, ne mène-elle pas aussi à l’ennui ?
Ne se lasse-t-on pas de la beauté parfaite des stars sur papier glacé ? En musique, il y a des accords parfaits, des cadences parfaites, qui sont favorablement perçues par l’oreille, car ce sont des combinaisons de sons relativement simples (quoique pas totalement simplistes). Une musique qui ne fonctionne qu’à partir de tels éléments devient vite conventionnelle, prévisible, ennuyeuse, stéréotypée. La musique aseptisée des synthétiseurs et des boîtes à rythmes est peut-être efficace, mais souvent désincarnée.

Les grands compositeurs sont ceux qui on su échapper au diktat de l’harmonie méthodique et perpétuelle. L’évolution de la musique occidentale savante en est même arrivée à une sorte de phobie systématique (et probablement excessive) des lois de l’harmonie et du rythme. Sans aller jusqu’à trouver une esthétique dans le chaos permanent, comme le font certains artistes ou philosophes, ne faut-il pas aussi reconnaître que les imperfections de notre monde contribuent tout autant que son ordre et son bon agencement à son intérêt, à son charme, à sa beauté ? La vie est née d’une singulière combinaison de désordre et d’ordre, et a évolué vers cette Nature diverse, complexe et fascinante grâce à des défauts, des tentatives multiples, hasardeuses et souvent imparfaites.

Peut-on alors parler parfois d’un excès de perfection ?


Quand on est un esprit exigeant, on a souvent tendance à récuser certaines choses, du seul fait de leur imperfection. Le refus du compromis est souvent considéré comme un signe de cohérence, de rigueur morale ou intellectuelle. Cette problématique est au centre des débats politiques récurrents entre utopistes et pragmatiques.

Nous vivons en effet dans un monde traversé de contradictions, confronté à des nécessités urgentes de mutation exigeant des recherches, des expériences, des tentatives. Mais ce monde qui a ses qualités doit aussi conserver une certaine stabilité, il a une inertie, l’action doit être prudente. Il est peu probable alors que tout cela puisse se faire sans contradictions, sans défauts résiduels, et on peut alors se demander si dans ce cas, le refus de l’imperfection ne serait pas parfois un prétexte pour refuser des changements positifs et nécessaires. La perfection de la solution proposée, n’est pas un bon critère de décision car l’idée d’une perfection prête à l’emploi est une illusion. Il importe plus de voir si par rapport à un but idéal et donc utopique, mais qu’on espère bien construit, on est dans une situation de progrès, et quel est le bilan de ce progrès.

La mutation vers l‘écologie porte en elle cette difficulté. La dimension utopiste de l’écologie est fréquemment renvoyée à diverses impossibilités et aux contradictions (compromissions) qui en résultent. Pour éviter ce reproche, il faut bien arbitrer entre la recherche utopique de la perfection et la nécessité d’admettre la complexité des choses pour agir et avancer. Un écologiste a le droit de parler et d’alerter sur les dangers planétaires, même en dépensant du papier, même en se branchant sur un réseau électrique, même en étant par ailleurs un voyageur ou un consommateur pollueur. Sa parole n’est pas nécessairement disqualifiée par les contradictions qu’on pourra lui reprocher. A moins de vouloir disqualifier toute morale, ou de vouloir réserver la parole aux hypocrites, on ne peut prétendre que seuls les parfaits puissent être écoutés.

La perfection est une idée simple et forte qui permet de penser des utopies, mais la force qui émane de cet absolu est un risque
. L'histoire montre assez le lien qui a pu s'établir entre totalitarisme et volonté absolue de perfection. L’action est un chemin complexe et incertain, et il est plus prudent de considérer la perfection sur un mode relatif. La difficulté est alors de ne pas laisser les certitudes se dissiper dans le brouillage relativiste, et à ce titre la construction d’un idéal prend tout son sens.

On ne saurait mieux dire qu’Edgar Morin : vouloir un monde meilleur qui ne soit pas le meilleur des mondes.



Antoine Li               http://www.think-thimble.frr
condensation

Mots associés

Harmonie, beauté     Ennui  
Dieu, religion   Hasard  
Science   Mécanique   
Frottements, freins    Artifice
Marché, marchandise
Le bien, le mal, la morale 

vers liste alphabétique     

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site