Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Produit


Au sens habituel, le "produit", c’est ce qui est fabriqué par l’industrie. Produits chimiques, pharmaceutiques, produits de beauté, produits d'entretien, les produits sont les représentants omniprésents du monde artificiel. Certes il y a aussi des produits naturels ou des produits artisanaux, mais justement, le fait qu’on le souligne montre bien que dans ce cas, on sort de la logique ordinaire. Dans le monde merveilleux de la consommation, l’industrie a prévu des produits pour tout : pour nettoyer, pour embellir, pour donner de l’éclat, pour donner du goût, pour soigner, pour rajeunir ou rénover, bref, pour nous simplifier la vie.

L’emploi du mot produit dénote en réalité l’emprise de la logique industrielle et la complexification de notre système technique et économique.
Par assimilation avec l’industrie chimique, pharmaceutique ou cosmétique, qui combine les ingrédients dans ses cuves, emballe la mixture pour la vente et la commercialise, les économistes ont étendu la notion de produit à toutes sortes d’objets. Les vêtements, les voitures, les outils sont devenus des produits, et maintenant, même la culture, l’éducation, le voyage, les loisirs sont des produits. Le conseiller de la banque propose aussi des produits financiers à l'épargnant. Dans cette idée, il y a le fait que l’acheteur ne décide pas de la composition de ce qu’on lui propose. Il se contente d’accepter ou de refuser un choix déjà préparé offert à la vente. Tous les voyages ne sont pas un produit, mais le forfait organisé tout compris, transport, visites et hôtellerie, en est un.

En achetant un produit, le consommateur choisit une certaine commodité et laisse la machine économique
décider à sa place de la composition et des recettes qui vont produire ce qu’il consomme. C’est l’affaire de l’industriel de décider comment améliorer la qualité ou le prix et à qui ces améliorations vont profiter. Et comme le circuit commercial de l’industrie a ses impératifs, les "améliorations" des industriels sont orientées surtout vers les problèmes du commerce. La multitude des (produits) additifs qui assaisonnent notre vie quotidienne ne le révèle que trop.

La responsabilité du consommateur se limite à faire un choix. Et ce choix devient de plus en plus compliqué
, car derrière chaque produit peut se cacher un charlatan. Les habitants de Cerreto, près de Spolète dans l'Italie du quinzième siècle, avaient une réputation de bonimenteurs vendant des drogues sur les marchés. Notre langue en a fait les charlatans. Débusquer les charlatans par le déchiffrage des étiquettes, être un consommateur informé (et désinformé), arbitrer les tests comparatifs, connaître les labels, notre responsabilité d'acheteur est un travail à plein temps. « Que Choisir ? », telle est la grande question qui nous occupe. Fini le choix passif, devenons des « consomm’acteurs » ! Mais notre vie est-elle réellement plus simple ?

Cette logique semble parfois avoir atteint ses limites.
Nous savons aujourd’hui que le produit cache parfois certains dangers : il y a des produits corrosifs, nocifs, cancérogènes, et la chimie devient synonyme d’artifice maléfique. Même s’il existe des organismes de contrôle et de surveillance (aux Etats Unis, c’est la Food and Drug Administration, et ce rapprochement est parlant), la méfiance s’installe, car le consommateur a appris qu’on pouvait lui servir une cuisine plus ou moins frelatée.

produit_2              produit_1



produit_5              produit_3
photos Garance Li      

Pendant ce temps, l’industrie et le commerce tentent de reprendre la main en récupérant, justement , la nature, les artisans, les paysans. Leur but évident est de conserver leurs parts de marchés, mais pas vraiment de nous faciliter l’exercice de notre responsabilité. Comment sont réellement fabriqués les innombrables camemberts « moulés à la louche » ?

mouleuse_louche
http://www.google.com/patents/EP0165091A1?cl=fr



Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
moutarde

Mots associés

Modernité    Ennui   Bonheur
Progrès technique    Affaires
Marché, marchandise
Pragmatisme    Opportunité  
Récupération     Oxymores Démocratisation     Hédonisme
Obésité     Déchets   Mode

vers liste alphabétique 

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site