Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre


Progrès technique


« On n’arrête pas le Progrès ». Ce lieu commun fait moins allusion au Progrès au sens philosophique du mot (avec ce que ce la peut contenir d’espoir) qu’au progrès technique, qui va sur sa lancée depuis les débuts de l’Humanité, et qui semble s’accélérer avec l’accumulation des connaissances et des savoir-faire.

Quels sont les facteurs de l’évolution technique ? En quoi cette évolution est-elle effectivement un Progrès ?
Où nous mène-t-elle ? Quel contrôle avons-nous sur elle ? Ces questions sont au cœur de la problématique contemporaine, et pour schématiser, elles opposent les technophiles confiants aux technophobes méfiants, réticents ou hostiles.

Nous avons dit à quel point l’homme se distingue des autres animaux par sa capacité à transformer son environnement au moyen de la technique. On retrace l’évolution de l’humanité en référence à cette évolution technique, identifiée notamment par les restes d’outils retrouvés dans les sites archéologiques (pierre taillée, pierre polie, bronze, fer, etc…) et cette manière de caractériser les époques dit assez la place que prend l'évolution technique dans notre vision de l’histoire humaine. A contrario, on caricature souvent la position des « technophobes » en leur prêtant l’intention de « retourner à la bougie, ou même à l’âge de pierre ».

Il y a donc évolution technique. Commençons par en faire un inventaire très général
  • Sécurité alimentaire : après le perfectionnement des techniques de pêche et de chasse, on a vu apparaître l’élevage et l’agriculture. Ces techniques ont ensuite évolué, par la sélection des espèces domestiques, par diverses techniques agricoles, par la mécanisation, les techniques de conservation des aliments, les intrants chimiques et pesticides, les biotechnologies,
  • Transports : domestication d’animaux de transport ou de trait, roue, chars et chariots, navigation à rame et à voile, cartographie et techniques d’orientation, moteur thermique appliqué aux véhicules à roue et aux navires, aérostation et aviation, fusées, satellites et sondes spatiales,

bateau_trouve

bateau à propulsion électrique de Gustave Trouvé (Paris 1881) 

  • Puissance énergétique : Condition des autres éléments d’évolution technique, c’est aussi un domaine en soi. Maîtrise du feu et des fours, exploitation de l’énergie animale, moulins à eau et à vent, machines thermiques et exploitation du carbone fossile (charbon, pétrole, gaz), électricité de diverses provenances (piles, barrages, machines thermiques), explosions chimiques, géothermie, énergie nucléaire, énergie solaire thermique, énergie photovoltaïque, gestion du stockage et des réseaux, 
  • Outillage et machines : L'évolution des outils et machines a permis d'énormes gains en rendement et en commodité d’emploi à toutes les époques. Elle passe par le façonnage des matériaux souples, malléables ou durs, les systèmes de manches, la transformation des matériaux, le perfectionnement des formes, l'industrialisation de la fabrication des outils. Aux outils à geste répétitif s'ajoutent les outils à rotation manuelle ou à énergie extérieure débouchant sur l'augmentation de la puissance et de la taille et la motorisation électrique ou thermique. Aujourd'hui cette évolution peut se faire dans un esprit de normalisation, aller vers l'automatisation, la robotisation, ou encore la miniaturisation.

lave_linge_11   lave_linge_12   lave_linge_13   lave_linge_14

  • Confort : évolution des textiles, du vêtement, du bâtiment, du mobilier, outillages et techniques au départ artisanaux, puis manufacturés puis industriels. Matériaux plus élaborés et plus performants, appareils et équipements pour le confort, production de plus en plus industrielle.
  • Santé : En de hors de ce qui tient à des modes de vie moins dangereux ou plus sains, évolution de l’hygiène et des techniques médicales (chirurgie, médication, diagnostic, anesthésie, asepsie, vaccination, antibiotiques, imagerie médicale, assistance technologique, microchirurgie) et aussi de la surveillance et de la prévention.
  • Information, éducation et diffusion de la culture : écriture, papiers et encres, imprimerie, photographie, cinéma, phonographe, télécommunications, reproduction et enregistrement audio et vidéo, informatique et microinformatique, Internet, stockage numérique d’information et réseaux,
  •  Armement : détournement des outils de chasse ou d’agriculture, arcs, lames métalliques, machines de guerre, poudre à canon et armes à feu, usage militaire des moyens de transport, gaz de combat, armes biologiques, bombe atomique, vecteurs téléguidés. Parallèlement, techniques de défense, de protection et de camouflage, de renseignement et de désinformation.
  • Mesure, observation : Ce secteur conditionne l’évolution des sciences et donc aussi leurs applications et la connaissance en général. Géométrie, gnomonique, balances, horlogerie, optique d’observation, appareils électriques et électroniques, véhicules d’observation, ballons atmosphériques, satellites.
Globalement, si on cherche une unité à toutes ces évolutions, on peut dire en général que ce qui augmente, c’est la performance (vitesse, puissance, distances, quantités, précision, tailles extrêmes, rendement). C’est cette succession de records battus qui nous fait parler de l’évolution technique comme d’un progrès.

Mais suffit-il de voir cette performance au premier degré, en faisant abstraction des valeurs humaines (progrès de l’armement ? contenu réel de l’inflation d’information ? acharnement thérapeutique ?)  et de toutes sortes d’effets secondaires (complexité croissante, épuisement des ressources, dangers, fragilité, augmentation des prix, utilité parfois douteuse…) et peut-on toujours dire que l’évolution technique soit un progrès ?

Si ceux qui au XIXe siècle pointaient les méfaits émergents de la société industrielle ne pouvaient être entendus, nous sommes aujourd’hui à une période où les inquiétudes et les doutes se multiplient. Certaines dérives (connues parfois depuis longtemps) deviennent de plus en plus manifestes : gigantisme sans but, futilité coûteuse ou destructrice, risques non maîtrisés. Elles incitent de nouveau à questionner cette machine incontrôlée de la course au Progrès technique.

En effet, il est de moins en moins sûr que ce « Progrès technique » réponde à des nécessités fondamentales pour l’humanité. Faut-il à tout prix continuer à dominer la Nature, pour s’assurer un confort ignorant des saisons et de la géographie, pour faire croire à l’éternelle jeunesse, pour tromper l’ennui par une consommation effrénée d’écrans de jeux ou de spectacles préfabriqués ? Une très puissante synergie entre compétition économique, compétition dans les laboratoires, et fascination magique pour l’innovation anime cette évolution et nous gratifie de toutes sortes de nouveautés qui dopent la consommation en ringardisant les nouveautés d’hier. Cette « machine » qu’ils avaient mise en place pour améliorer leur condition, les hommes en sont devenus dépendants et ils en perdent le contrôle. Le système poursuit sur sa lancée une course qui n’a plus d’autre but que d’entretenir la sacro-sainte Croissance.

On ne peut encore une fois que renvoyer à la pensée si clairvoyante d’Ivan Illich, qui voyait dans les sociétés développées des évolutions techniques poursuivies sans but et au delà de leur optimum productif et humain
. Le dernier quart du XXème siècle n’était pas prêt à entendre ces critiques adressées aux piliers de la civilisation. Les aberrations du transport motorisé pour tous, de la machine médicale, de l’institution éducative n’en étaient pas moins patentes. Aujourd’hui, on s’intéresse aux transports doux et à la relocalisation de l’économie, on s’inquiète des orientations d’une certaine médecine et de l’acharnement  thérapeutique, et on débat sur un système éducatif qui favorise à nouveau l’élitisme de classe sans pour autant parvenir à l’insertion sociale des jeunes surdiplômés.

Face au bilan pour le moins complexe que nous laissent deux siècles d’industrie et de technoscience, il importe de réfléchir, et d’essayer d’arbitrer, avec un regard lucide, entre technophiles et technophobes. Le temps est venu, ayant mieux compris quels en sont les moteurs, et mesuré les pouvoirs comme les risques, de poser sur le Progrès technique le regard du « technosceptique », d’exercer ensuite notre droit d’inventaire sur le Progrès technique et de réfléchir à sa bonne orientation.

Ces termes ambigus de « développement durable » ou de « croissance verte » pourront peut-être alors trouver leur vrai sens.



Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
an_2000_6

an_2000_10
 l'an 2000 par Villemard (1910)

Mots associés

Progrès    Modernité
Science   Evolution
Croissance    Compétition    Performance   Sobriété 
Durable     Renouvelable 
Empreinte écologique  

vers liste alphabétique  

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui   
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie    Extraterrestres    Développement   
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération    Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes  Oxymores    
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin     Produit  
Usine à gaz    Déchets  
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle


salon_1910


salon_1930


salon-1940


salon-1955

auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site