Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Renouvelable


Le renouvelable, c’est un moyen de concilier la finitude de notre monde avec la durée longue (infinie ?). On retrouve cette logique dans l’intérêt pour ce qui est cyclique. Mais si on analyse bien, il faut entretenir les cycles, alimenter leur fonctionnement de façon suffisamment permanente, car aucun cycle n’est à bilan totalement nul. Cela fait qu’en toute rigueur, le cyclique, le renouvelable n’est pas indéfiniment durable. Il l’est tant que les sources d’alimentation du cycle durent. Pour notre monde, c’est principalement l’énergie nucléaire du soleil, puis l’énergie cinétique des planètes (dont la Terre) dans le champ de gravité du soleil et plus minoritairement l’énergie des réactions dans le noyau terrestre qui permettent l’entretien de nos ressources renouvelables. Leur durée prévue, quoique finie, dépasse largement l’horizon d’action actuel de l’humanité. N’ayons pas trop de préoccupation de l’épuisement du combustible solaire ou du dérèglement des orbites planétaires et du risque d’une collision catastrophique, car l’urgence est avant tout de parer à l’épuisement des réserves fossiles terrestres.

cataracte
l'énergie des cours d'eau est d'origine solaire, puisque les précipitations proviennent de l'évaporation des mers et des lacs

Sur Terre, est renouvelable ce qui se régénère en un temps pas trop long (par rapport à nos activités) : tout ce qui a trait au flux d’énergie apporté par le Soleil, qui est lié aux cycles climatiques, aux saisons, et notamment aux ressources développées par l’activité biologique (à condition que les interventions ou les prélèvements ne la mettent pas en danger). L’exploitation du cycle de l’eau, des mouvements atmosphériques, l’exploitation directe du rayonnement solaire, à plus long terme, l’exploitation du bois et de la végétation, du règne animal. La cueillette, la chasse, la pêche, l’agriculture, l’exploitation forestière sont durables si elles permettent à la vie de se régénérer sans se détériorer.

Si à l’inverse, une activité dépasse en ampleur la capacité naturelle de régénération, elle consomme nécessairement des stocks épuisables. Sa durabilité est alors limitée au temps d’épuisement de ces stocks et tributaire des conséquences de leur disparition
.

On a tendance à penser que les civilisations anciennes n’exploitaient que des ressources renouvelables, ce qui est majoritairement le cas, mais il y a aussi de nombreux exemples, même dans un passé lointain de cas où la nature a été mise en crise, comme des exemples anciens et attestés de déforestation, d’extinctions d’espèces, d’épuisement des sols ou des sous-sols. Le problème ne s’est alors résolu que par du nomadisme, des crises ou des mutations de civilisation. La crise écologique actuelle répond à la même logique, mais elle est plus importante en ampleur, notamment parce qu’elle concerne une humanité mondialisée aux moyens d’intervention rendus puissants par l’amélioration des techniques et l’exploitation de l’énergie fossile.

solaire            bouillante
centrale solaire à concentration en Espagne                                                    centrale géothermique aux Antilles         

Aujourd’hui, il est encore possible d’envisager une civilisation humaine capable de fonctionner sur le renouvelable sans renoncer aux apports essentiels du progrès. Si nous sommes assez ingénieux (et nous devrions y croire), le flux d’énergie solaire est assez généreux pour nous approvisionner de façon durable, même en tenant compte des faibles rendements d’exploitation et de sa répartition diffuse. Si nous savons mesurer notre impact, la biosphère est encore assez productive pour que nous puissions l’exploiter sans l’épuiser. Mais pour opérer la mutation de civilisation, nous avons besoin d’une véritable révolution mentale pour nous détourner d’un faux progrès myope, gaspilleur et irresponsable.

Le changement est déjà amorcé
, on ne peut que souhaiter qu’il s’accélère et que la confiance dans un avenir renouvelable devienne générale.

tas de bois
à l'échelle mondiale, le bois est l'énergie renouvelable la plus consommée  


Antoine Li               http://www.think-thimble.free.fr
eoliennes

Mots associés

Progrès technique  
Energie    Force, puissance 
Limites, illimité     Cycle   
Durable     Ecologie   
Empreinte écologique    Décroissance 
Penser, agir  au XXIe siècle



vers liste alphabétique  

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site