Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens


#barre

Utopie

 

L’utopie c’est probablement le mariage du nomadisme et du futur. C’est l’échappée dans un « ailleurs », à priori supposé idéal, à la perfection hélas lointaine. Dans la parole politique, la dimension utopique se traduit par l’abus du mot « autre » et plus récemment du préfixe « alter -». On veut être ailleurs, où l’herbe est toujours plus verte.

Au début du XVIe siècle, Thomas More décrit sous ce nom un monde idéal et donc non situé réellement, d'où le nom d'Utopia, forgé pour signifier un "ailleurs". La construction d'utopies deviendra alors un genre littéraire et politique.

carte_utopia

Notion apparentée, mais plutôt opposée, la dystopie consiste en une anticipation pessimiste, mettant en évidence des périls à craindre et peut-être à éviter. La littérature de science-fiction est coutumière peut-être plus de dystopies que d'utopies, à commencer par les incontournables que sont "Le meilleur des mondes" de H.G. Wells et "1984" de George Orwell. Plus récemment, j’ai pu constater à quel point le roman « Globalia » publié en 2004 par Jean-Christophe Rufin était une source riche de réflexions sur le monde actuel.

On peut voir la pensée ou la rêverie utopique comme une fuite de la réalité, mais aussi parfois comme une anticipation d’un changement souhaité (plutôt que redouté). Si le nomadisme s’adapte par nécessité aux possibilités concrètes de migration ou de changement, c’est à dire aux différentes réalités possibles et aux moyens de passer de l’une à l’autre (voyage, changements de civilisation), la pensée utopique fait en général l’impasse sur la question des transitions. C’est du reste sur ce dernier point que le consensus se déchire. C’est là qu’on voit se dessiner les clivages internes dans les mouvements politiques pourtant solides quant aux buts partagés. C’est là qu’on voit s’opposer révolutionnaires et réformistes, partisans des ruptures ou des petits pas. C’est dans ces débats que le terme utopiste peut alors prendre sa valeur péjorative.

La commodité de l’Utopie tient justement à ce qu’elle est pensée comme un ailleurs, ou comme construite sur la table rase, qu’elle ne tire sa cohérence que de son contenu propre. Dans le même temps, elle fait l'impasse sur la question du chemin à suivre. Cela n’est pas sans risque car la force de conviction qu’elle dégage peut donner envie de forcer la marche des choses. L’histoire politique retiendra ainsi comment les plus belles idées ont pu dériver en laissant derrière elles des ruines et des doutes.

utopie

En même temps, dans ce débat qui oppose doux et fous rêveurs aux réalistes et aux pragmatiques, l’Utopie, pour peu qu’elle soit bien pensée, représente une direction à suivre, un repère à long terme qui permettra de mesurer le chemin parcouru. Dans ce cas, l’Utopie cesse d’être une fuite pour devenir, sinon un but, du moins une référence.

Notre époque, échaudée par deux siècles de progressisme plutôt forcené, est une époque de doute. On se réfugie dans le court terme, pour ne pas dire la myopie, bonne excuse pour agir sans trop réfléchir.


S’il fallait aujourd’hui avoir un but lointain, cela pourrait être celui d’une humanité sage et paisible, en harmonie avec la Terre. Edgar Morin ne dit pas autre chose dans Terre-Patrie, mais, tout en appelant à "un monde meilleur" qui ne soit pas le "meilleur des mondes", il remarque avec ironie et amertume qu’actuellement pour l’Humanité, le réalisme planétaire (une humanité assumant les limites de son domaine) semble encore utopique :

« le possible est impossible et nous vivons dans un monde impossible où il est impossible d’atteindre la solution possible »




Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
ciel_scanie

Mots associés

Buts, finalités    Futur 
Progrès    Modernité
Progrès technique    Préfixes
Nomadisme    Horizons 
Confiance, optimisme  
Ecologiste    Jardin   Rêve
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle


vers liste alphabétique  

Liste des mots clés

Univers  Planète  Nature - vie    Emergence    Evolution

Homme   Pensée 
Volonté et liberté   
Pensée, volonté collectives    Individu - société 
Le bien, le mal, la morale   
Buts, finalités    Bonheur    Sagesse    Harmonie, beauté    Parfait   Ennui
Besoin, désir     Rêve 
Rationalité, Logique  Science    Complexité    Analogie

Métaphysique    Dieu, religion   Hasard   Futur  
Progrès    Modernité Nomadisme  Utopie  Colonisation, colonialisme     Extraterrestres    Développement 
Progrès technique  
Energie    Force, puissance  

Economie    Affaires    Intérêt 
Marché, marchandise   Valeur    Croissance    Dette     Notation
Compétition    Performance   
Décomplexé    Hédonisme    Récupération   Mode, tendance Démocratisation   Populisme    Domestication, troupeau    Aliénation   
Peur, précaution   
Confiance, optimisme    Pragmatisme    Opportunité   
Limites, illimité   
Barrières, cloisons   
Echelles, mesure    Horizons   
Mécanique    Vitesse, lenteur    Frottements, freins   
Slip - stick     Effet transistor    Météorologie   
Immobilisme, changement    Banc de poissons 
Mayonnaise    Surimi   
Préfixes   Suffixes 
Oxymores    Périphrases
Durable     Renouvelable    Ecologie    Ecologiste 
Empreinte écologique    Décroissance  
Cycle    Diversité   Artifice    Racines    Jardin  
Mine, minerai   Produit 
Usine à gaz    Déchets 
Sobriété    Santé   
Drogue, addiction  
Obésité     Crise 

Vérité, doute, certitude   
Tous dans le même bateau?    Penser, agir  au XXIe siècle
auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site