Villers

accueil

billet

philosophie

sciences

culture

lectures

liens

#barre

BILLET

(précédent billet, si vous l'avez raté)

73. J'ai retrouvé Kim Chae-Hun

début août 2020
Voilà un billet pour sortir d'un silence prolongé et pour parler d'autre chose que d'une actualité déprimante et coincée(*). Ça changera un peu dans ces temps chargés où tant de gens prétendent refaire le monde, avec il faut le dire plus ou moins d'arrières-pensées.

Depuis quelques années je suis plongé dans des recherches pour reconstituer le mieux possible la vie de mon père, arrivé depuis la Corée en décembre 1920 à Marseille sur un bateau parti de Shanghaï. Après une quinzaine d'années d'une vie célibataire partagée entre divers gagne-pains et des études à l'université, il s'est marié à une française, a eu six enfants, dont moi, s'est consacré à son jardin, et a fini par renoncer à retourner en Corée servir son pays. Tout cela est un autre sujet, bien trop chargé pour un simple billet(**).

Dans le peu de souvenirs qu'il a laissés après sa mort en 1986, il y a une photo de groupe  prise à Paris le lendemain de l'arrivée à Marseille, qui représente les vingt-et-un coréens qui étaient sur ce paquebot à vapeur de la compagnie des Messageries Maritimes, le Porthos. Il y a aussi d'autres photos de la même époque, avec deux, trois ou quatre coréens, également faites chez des photographes, dont quelques unes à Würzburg, en Allemagne. Depuis, j'essaie avec un succès très inégal de mettre des noms et des éléments de biographies sur tous ces visages que mon père a connus. J'ai pour m'aider un entretien enregistré sur cassette dans lequel il a raconté sa vie et dans lequel il situe quelques personnes ou quelques événements. En plus des autres photos sur lesquelles aucun nom n'est indiqué, j'ai aussi d'autres sources, des documents ou des notices glanés ici et là, notamment sur Internet.

Si on se penche attentivement sur les ressemblances(***), quelques uns des passagers du Porthos sont sur les photos prises en Allemagne pendant les quelques mois de 1922 où mon père est allé rendre visite à ceux de ses compatriotes qui étaient allés étudier à l'université de Würzburg. Deux d'entre eux ne font plus mystère depuis déjà pas mal de temps, les noms m'ont été donnés, ils sont connus et les biographies sont à peu près reconstituées. Mais un des visages, facilement reconnaissable par sa forme ovale et son côté poupin, se retrouve sur plusieurs photos de Würzburg, dans des poses qui ressemblent à une démonstration d'amitié. Je l'avais baptisé "inconnu 1" puis j'avais fait l'hypothèse commode, en m'appuyant sur le récit de mon père que ce visage pourrait bien être celui d'un musicien originaire de la même région, venu étudier la musique en Allemagne, mais il me manquait le nom, une biographie plus précise et surtout une confirmation par une autre photo.

L'an dernier, j'ai fini par trouver un nom possible au détour d'un article (en anglais) sur quelques-uns des étudiants coréens de Würzburg. Aussi improbable que cela soit, ce genre d'articles existe, et celui qui m'a éclairé été écrit par un universitaire autrichien, apparemment pour un colloque en Bulgarie ! Je ne peux que me féliciter de la puissance des moteurs de recherche, pourvu qu'on y entre la bonne requête cependant.

Ce nom, c'est celui de Kim Chae-Hun (金載勳, 1903-1951), et bien qu'il ne soit pas le sujet de l'article, la courte biographie qui y est donnée concorde bien avec le récit de mon père et va dans le sens de mon hypothèse. C'était un violoniste, il a fait le voyage très jeune (à dix-huit ans) en 1920 comme mon père, et après sa formation en Allemagne, est retourné en 1928 pour présenter à sa famille le jeune femme russe qu'il avait épousée. À cette occasion il a aussi donné des concerts puis il est retourné en Allemagne. Par la suite, en 1934, il est définitivement revenu en Corée et a pu fonder une académie de musique à Gyeongseong (nom donné à l'époque à Séoul par les autorités japonaises qui avaient annexé la Corée). Après Hiroshima et la défaite du Japon, la Corée a retrouvé l'indépendance sous une tutelle partagée territorialement entre les USA au sud et l'URSS au nord (****). Notre violoniste Kim Chae-Hun s'est retrouvé au Nord après l'armistice de Panmunjeom, sans que je sache si c'est par attachement à son lieu d'origine ou par affinité idéologique, et il y est décédé en 1951.

Plein d'espoir, je me suis mis à la recherche d'une photo, comme je l'avais fait pour d'autres. J'ai affiné ma technique pour ne pas me trouver face à un jeune footballeur, une vedette de la K-pop ou un champion de jeux vidéo. Pour cela il faut trouver le nom écrit en caractères chinois, et joindre les dates de naissance et de mort. Ensuite, après copié-collé dans la fenêtre du moteur de recherche, explorer les articles généralement écrits en coréen ou parfois en chinois, donc illisibles pour moi. Après, il faut mettre en branle une traduction automatique pour vérifier le contenu, qui peut parfois apparaître sous une forme très étrange, avec des tournures de phrases bizarres, des contresens manifestes, et parfois même des noms de personnes  comme "Account account" qui à défaut de faire sens montrent l'obstination du logiciel à traiter tout ce qu'on lui soumet. Pendant longtemps ces recherches sont restées vaines. En dehors de la confirmation de sa biographie, je ne trouvais rien, tout au plus des photos extraites de films d'aventures à la musique desquels il avait dû contribuer, mais aucun portrait du violoniste Kim Chae-Hun. J'avais pratiquement renoncé à trouver plus, mais récemment, faisant une nouvelle tentative, mon moteur de recherches a affiché l'article en coréen d'une critique musicale sur trois musiciens de l'époque, avec une copie d'un article de journal de 1928 où on le voit, et où même sa femme apparaît en médaillon. J'ai juxtaposé cette photo à celles que j'avais, je les ai montrées à d'autres yeux plus neutres, et j'ai décidé que la ressemblance à huit ou six ans d'écart était suffisante pour que je puisse considérer que j'avais retrouvé mon Kim Chae-Hun.

Kim_Chae_Hun
capture d'écran de mon ordinateur juxtaposant les différentes photos

En 1920, il n'y avait pratiquement aucun lien entre la France et la Corée et les émigrés du Porthos partaient pour une aventure pleine d'inconnues. Mon père a fini par rester en France et y a fait famille sans pouvoir retourner en Corée. Son ami Kim a fait une carrière de musicien malgré un contexte politique troublé, il a survécu à une guerre terrible dans son pays, puis il est mort avant ses cinquante ans dans des circonstances indéchiffrables.

Un siècle après leur grand voyage, le souvenir de ces personnes n'est pas forcément perdu, mais il est noyé dans une monstrueuse marée d'informations, importantes mensongères ou totalement futiles. Avec un peu d'obstination, et l'aide étrange de systèmes techniques dont la sophistication est assez déroutante, j'ai réussi à mettre un visage sur Kim Chae-Hun.

En quelque sorte, j'ai réussi à retrouver une aiguille dans une botte de foin. Du moins, j'aime à le croire.

(*)  Pandémie de Covid 19, Trump, Bolsonaro, et ailleurs .... et tout le reste.....(retour)
(**) Peut-être un jour trouverai-je le moyen de mettre mieux en forme le résultat de cette longue histoire d'immigration.(retour)
(***) L'exercice est plus complexe qu'on ne croit. Juger des ressemblances d'un visage asiatique suppose déjà une attention à d'autres traits que ceux auxquels l'européen que je suis est habitué. Il faut ensuite faire la part des changements de coiffure, des années qui passent, de la lumière et de l'orientation de la face. On m'a suggéré de mouliner tout ça dans un logiciel ad hoc, mais cela suppose une technicité que je n'ai pas. J'ai préféré proposer le jeu à mes proches, et les divergences de jugement montrent à quel point tout cela n'est pas simple. (retour)
(****) Annexée par le Japon en 1910 après divers épisodes consécutifs à la guerre Sino-Japonaise de 1895, la Corée a vu pendant 35 ans nier son indépendance et même jusqu'à sa langue. Après 1945, le partage entre les USA et l'URSS de la responsabilité du désarmement des occupants japonais a été à l'origine de la guerre de Corée et de la séparation en deux états rivaux.(retour)
Antoine Li               http://www.think-thimble.fr
vignette_billet




















Derniers ajouts


billet n°73

pages Culture
un premier article sur la modernité artistique

pages Sciences
une tentative pour estimer les probabilités de  contact avec des extraterrestres

une lecture marquante:
Éthique de la Terre (John Baird Callicott)

dans les pages Philo:
Rêve
une petite note sur les fesses de l'Homme
Mode

dans les pages Sciences:
Mieux comprendre l'économie

Histoire de la biosphère

Et si la Terre avait l'âge des pyramides d'Egypte?

Mots actuels

Colonisation, colonialisme  Nomadisme   Racines   
Jardin   Sagesse
Progrès   Périphrases

vers liste alphabétique 




auteur

haut de la page
retour à l'accueil
billets anciens
ancien site